Indépendance médicale : l’Anemf et l’Isnar-IMG veulent une commission

À l'issue d'une campagne de communication de quatre semaines sur l'indépendance médicale, les deux syndicats Isnar-IMG et Anemf demandent la mise en place d'une commission nationale sur la formation et l’indépendance de la profession médicale. 

Fruit d’un travail commun qui a duré quatre semaines, l’Anemf et l’Isnar-IMG viennent de conclure une compagne sur l’indépendance de la profession médicale, au travers des formations qui sont proposées sur le sujet. Au menu de cette campagne qui a débuté le 22 septembre dernier, une interview de Irène Frachon :

Ce premier entretien a été suivi par la présentation le 29 septembre du « livret de sensibilisation à l’influence de l’industrie pharmaceutique » par la troupe du rire :

Dans un troisième épisode, le Pr Molimard, pharmacologue à Bordeaux, présentait le cours qu’il anime sur les relations avec l’industrie pharmaceutique à destination des étudiants en médecine de premier cycle :

Puis ce fut au tour de Robin Jouan de présenter Les Journées de l’esprit critique niçois :

Le 6 novembre, les deux syndicats d’internes et d’étudiants en médecine présentaient la FACRIPP (Formation à l’Analyse Critique de la Promotion Pharmaceutique), faisant partie intégrante des enseignements du DES de Médecine Générale de l’Université de Bordeaux depuis 2017 :

Enfin, le Dr Soulié expliquait pourquoi il a choisi l’indépendance vis-à-vis de l’industrie :

À l’issue de cette campagne, l’Anemf et l’Isnar-IMG tiraient le constat que « les conflits d’intérêts, découlant de liens d’intérêts, ont d’ores et déjà été à l’origine de désastres humains. Les études l’ont prouvé : le marketing et les contacts répétés suffisent parfois à influencer la pratique médicale ».
Malheureusement l’offre en terme de formations aux enjeux de l’indépendance de la formation est encore trop pauvre. Aussi, les deux syndicats demandent que «  des enseignements soient instaurés de manière systématique dans tous les cycles des études médicales » sur cette question.
L’Anemf et l’Isnar-IMG regrettent aussi que l’ordonnance de 2017 ait été conduit sans l’aide des étudiants. En effet, un décret issu de cette ordonnance a permis la suppression des frais d’hospitalité des étudiants en médecine, sans penser à l’instauration d’un nouveau système de financement de ces frais d’hospitalité : « il n’est pas tolérable que des futurs professionnels de santé voient leur apprentissage régresser par manque de financement. Il est donc urgent d’investir massivement dans la formation. »
Pour régler tous ces problèmes, les deux syndicats demandent donc la « création d’une commission nationale réunissant associations, syndicats et institutions, afin de trouver des solutions pérennes ». La balle est dans le camp du ministère de la Santé…

Portrait de Jean-Bernard Gervais

Vous aimerez aussi

À l'instar de la conférence des doyens de médecine, eu égard au contexte actuel, l'association nationale des étudiants en médecine de France (Anemf)...
Le ministère de l’Enseignement supérieur a publié ses statistiques sur les études de santé. Après deux ans, 33,5 % des étudiants inscrits en Paces...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.