Et les conjoint.es dans tout ça ? Comment Chantal Bunel, femme de dentiste, a trouvé un job dans la Manche

Pour un médecin ou un dentiste qui a le projet de changer de région, il y a toujours du boulot à la clé. Mais pour le conjoint ou la conjointe ? C’est parfois là que ça coince. Dans la Manche, Chantal Bunel, femme de dentiste, raconte comment elle a décroché un emploi bien plus vite qu’espéré.
 

Quand elle promène son chien sur la côte, le soir, Chantal Bunel sent qu’elle a fait le bon choix. Du côté de Gouville, face à une mer changeante et imprévisible, elle se dit qu’elle a eu raison de quitter ce sud où elle n’a jamais réussi à trouver sa place. « Mon mari m'emmenait ici en vacances et je suis tombée amoureuse de la région, des paysages, mais aussi des gens », raconte-t-elle. Après leur mariage, eux qui ont, à eux deux, cinq enfants nés d’unions précédentes, prennent une décision radicale : quitter Manosque, dans les Alpes de Hautes-Provences, pour s’installer dans la Manche. A 50 ans passés, avec des enfants devenus adultes, l’envie de repartir à zéro ailleurs a gagné.
C’est à lire : Zoé Logéat, dentiste stagiaire dans la Manche : « Ce coin a tout pour plaire »

Un classique : la crainte de ne pas trouver d’emploi
Originaire du département, son mari est chirurgien-dentiste. Il déniche sans difficulté une place vacante à Villedieu-les-Poêles, au cœur d’un pôle de santé libéral et ambulatoire dynamique. Le couple trouve ensuite en un rien de temps la maison de leurs rêves : un ancien presbytère en pleine campagne, à quelques kilomètres de Coutances. Mais pour Chantal, une crainte subsiste : comment va-t-elle décrocher un travail dans ce département où elle ne connaît personne ? Quand un médecin ou un dentiste s’installe dans une nouvelle région, la question de l’emploi de son conjoint ou de sa conjointe est cruciale. Elle peut même accélérer ou, au contraire, faire capoter un projet d’installation.
« Quand je suis arrivée dans le sud, je suis restée au chômage des années et je n’ai jamais trouvé d’aide auprès des autres. Cette situation a pesé lourd dans ma vie », reconnaît Chantal Bunel, qui aura tout de même fini par trouver là-bas un poste d’agent administrative à l’hôpital de Manosque. Mais l’idée de revivre la même impasse en Normandie la terrorisait. Alors, quand elle découvre que ses premières candidatures dans la Manche, envoyées depuis le sud, sont refusées, l’angoisse resurgit. « Ça m’a remuée », dit-elle.

Dans la Manche, « les gens vous tendent la main »
A l’été, le couple s’installe malgré tout. Toujours en recherche de boulot, Chantal prête main-forte à son mari au cabinet, mais sans toutefois pouvoir être payée, l’activité débutant à peine. Sauf que très vite, au contact des habitants, patients ou élus locaux de passage au cabinet, l’espoir renaît. « Des patients se montraient à l’écoute, me donnaient des pistes, des contacts, des conseils… Je ne m’y attendais pas du tout, s’étonne-t-elle. Ici, les gens vous tendent la main très vite ! Je n’avais jamais vécu une telle chose dans le sud ».
En parallèle, voilà qu’elle entend parler du service d’accompagnement à la recherche d’emploi des conjoints de médecins ou de dentistes proposé par Latitude Manche, l’agence d’attractivité du département. « En les contactant, j’ai trouvé un vrai soutien », assure-t-elle. « Mon interlocutrice m’a envoyé des informations, des idées, des offres d’emploi. Ça m’a rassuré, en fait. Je savais qu’elle pouvait même appuyer mes candidatures et qu’elle avait des contacts privilégiés ». La bonne nouvelle arrivera finalement par un autre canal : un recrutement a lieu à la mairie de Villedieu-les-Poêles. Elle postule, passe un entretien et décroche le poste.
Après une année à mille à l’heure et pour le moins mouvementée, Chantal Bunel peut commencer à profiter. De sa « magnifique maison au milieu des champs de vaches » déjà, « et de ces paysages qui changent sans cesse, la mer qui disparaît à l’horizon à marée basse, les nuages sombres puis les éclaircies soudaines », raconte-t-elle, conquise. « C'est tellement beau, ici, chaque jour j’en prends conscience. » Pour elle, la richesse de la Manche est aussi humaine, elle l’a compris dès les premiers jours. « Je découvre une région accueillante, des gens souriants et bienveillants. Je crois que j’avais besoin de ça, tout simplement ». Dans les prochains mois, elle et son mari envisagent de retaper les chambres de leur maison, histoire de pouvoir loger toute cette famille recomposée quand elle sera de passage.
 

Un article inspiré par le grand air de la Manche et son Conseil départemental

Médecins, dentistes et étudiants : installez-vous dans la Manche !

Portrait de Thomas Blachère

Vous aimerez aussi

51% des médecins mayennais n'accepteraient pas de nouveaux patients, selon l'association UFC-Que Choisir. MG France vole à leur secours.
Enfant avec des jumelles
Pour l’interne en médecine, les remplacements représentent une première expérience professionnelle totalement autonome. Empreinte de responsabilités...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.