Avec l’inflation, l’énergie, la blanchisserie, la restauration… Les cliniques privées n’y arriveront pas et réclament 500 millions d’euros

Article Article

Les cliniques de la Fédération de l'hospitalisation privée réclament 500 millions d'euros de plus pour faire face aux effets de l'inflation, sous-estimés selon elles par la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2023.

Avec l’inflation, l’énergie, la blanchisserie, la restauration… Les cliniques privées n’y arriveront pas et réclament 500 millions d’euros

© IStock

"En 2023, l'impact prévu de l'inflation tous secteurs confondus, public et privé, devrait s'élever à 3,4 milliards", hors coûts du personnel, a indiqué la FHP, en se basant sur une étude réalisée pour son compte par le cabinet Roland Berger.

Or pour l'instant, le budget de l'Assurance maladie voté pour 2023 ne couvre que 2,1 milliards de cet impact, d’où la nécessité de le réviser "de 1,3 milliard", dont 500 millions d'euros pour les cliniques privées, a expliqué la FHP.

"Les hausses de prix de nos fournisseurs pour 2023 sont extrêmement importantes, et assorties de positions de négociation très dures", a indiqué Lamine Gharbi, le président de la FHP, lors d'une conférence de presse.

"En 2023, l'énergie augmentera de 70 à 80%, la hausse des coûts de restauration sera de 9%, celle des coûts de blanchisserie et de nettoyage se situera entre 8 et 13%", a-t-il estimé.

Côté hôpitaux publics, la FHF envisage aussi 1,2 milliard d’euros de dépenses supplémentaires

Du côté des hôpitaux publics, la Fédération hospitalière de France a elle aussi prévenu qu'il faudrait revoir à la hausse les dépenses de santé, chiffrant l'effort supplémentaire à 1,2 milliard d'euros.

Le gouvernement a déjà annoncé une rallonge de 600 millions cette année, intégrée dans le budget rectificatif en cours d'examen à l'Assemblée - un texte essentiellement consacré à la réforme des retraites.

Cette enveloppe doit permettre notamment de prendre en compte des revalorisations de salaires pour les heures de nuit des soignants.

"Nous demandons au gouvernement que les salariés du privé puissent bénéficier de ces majorations, et qu'on puisse consacrer une partie de cette enveloppe, soit 90 millions d'euros, pour nous aussi revaloriser les heures de nuit que nous faisons faire à nos salariés", a indiqué Christine Schibler, la déléguée générale de la FHP.

https://www.whatsupdoc-lemag.fr/article/efficacite-energetique-hopitaux-et-cliniques-doivent-sy-mettre

Compte-tenu de cet amendement "heure de nuit", l'objectif de dépenses d'assurance maladie pour 2023 est désormais fixé à 244,8 milliards.

Avec AFP

0 commentaires (s)

Les gros dossiers

+ De gros dossiers