Patient, tout va bien

La reprise d’Orelsan version centre de rééducation

Dans une vidéo publiée une semaine avant la visite du Premier ministre dans leur établissement, les soignants de l’Arche (Sarthe) reprennent la chanson d’Orelsan Tout va bien pour dénoncer leurs conditions de travail, qui nuisent à la qualité des soins.

Ce vendredi matin, le Premier ministre Édouard Philippe était en déplacement dans la Sarthe, accompagné d’Agnès Buzyn. Il s’est rendu au centre médical de rééducation spécialisé dans le grand handicap de l’Arche, à Saint-Saturnin, pour promouvoir son projet de limitation de vitesse à 80 km/h sur les axes secondaires. Visiblement, rien de mieux que de mettre des patients en rééducation lourde en avant pour faire passer le message.

Et il était attendu. Par quelques manifestants, réunis à l’appel de l’union départementale FO du département, qui protestaient contre les « attaques portées par le gouvernement contre notre système social », au lendemain de la grande manifestation des personnels d’Ehpad. Mais surtout par le personnel de l’établissement, qui connaît lui aussi des difficultés financières.

Bienvenue dans notre industrie

En attendant son arrivée, les soignants ont publié une vidéo qu’ils ont tournée dans l’établissement, et qui reprend la chanson Tout va bien d’Orelsan, afin de dénoncer leurs conditions de travail.

« Si tu as un accident de la vie, pour toi la santé n’a pas de prix. Enlève-toi ça de l’esprit, bienvenue dans notre industrie ». Dès le début de la reprise, le ton est posé. Manque de moyens, logique de rentabilité, restrictions de personnel, travail intérimaire… Les soignants dénoncent la politique de santé menée par les gouvernements successifs, qui les rend incapables de faire correctement leur métier, et qui nuit donc à la qualité des soins prodigués aux personnes lourdement handicapées qui fréquentent leur établissement.

Bravo, l’Arche

What’s up Doc salue l’initiative du personnel de l’Arche, qui parvient à faire passer un message fort sur la chanson d’Orelsan, tant dans le contenu des paroles que dans la qualité du clip qui les accompagnent. Car ce type d’initiatives, qui partent toujours d’un bon sentiment, ne sont pas toujours aussi bien réalisées et percutantes… Alors bravo, l’Arche !

Edouard Philippe, lors de la visite de l’établissement, a tenu à préciser au personnel soignant que « les surplus de recettes engendrées par les nouvelles mesures de répression des excès de vitesse, de l’usage d’alcool et de stupéfiants, seraient alloués aux établissements de soins pour les accidentés de la route  ». Il est fort à parier que cela sera à la fois difficile à évaluer, et largement insuffisant.

Crédit photo : capture d’écran « Patient, tout va bien »

_____________________________________________________________

Patient, tout va bien

Si tu as un accident de la vie
Pour toi la santé n’a pas de prix.
Enlève-toi ça de l’esprit, bienvenue dans notre industrie
On fait ce métier pour vous aider
Mais là, on vous met en danger
La faute à cette politique de rendement économique
Tout va bien, tout va bien
Tout va bien, patient tout va bien
Tout va bien, tout va bien
Tout va bien, patient tout va bien
Les soignants deviennent des robots
Conscience pro pleine de sanglots
Même si tu es dans la déroute, plus le temps d’être à ton écoute
Et plus tu auras de soucis
Gastro- ou trachéotomie
Moins on nous donnera le moyen de te mener encore plus loin
Tout va bien, tout va bien
Tout va bien, patient tout va bien
Tout va bien, tout va bien
Tout va bien, patient tout va bien
Et plus tu es tombé de haut
Plus on te laisse sur le carreau
Et oui c’est ça la vraie logique de cette nouvelle politique
Ils s’en foutent de notre savoir-faire
C’est la danse des intérimaires
Il n’y a plus de spécialité finis les soins de qualité
Tout va bien, tout va bien
Tout va bien, patient tout va bien
Tout va bien, tout va bien
Tout va bien, patient tout va bien.

Source: 

Jonathan Herchkovitch

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Les homéopathes changent les règles
Le médecin des Armées à la tête de l’ARS
Presse auscultée. Un psychiatre de 71 ans comparaissait ce jeudi 17 octobre devant le tribunal correctionnel de Poitiers, accusé de s'être livré...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.