« Passport BP » : un nouveau parcours de soins pour patients bipolaires

Dans le cadre de l'article 51, la Fondation FondaMental s'est associée à 5 centres hospitaliers et à des sociétés de nouvelles technologies afin de mener un projet d'expérimentation : un parcours de soins innovant dédié aux personnes atteintes de troubles bipolaires, intitulé « Passport BP ».

Les troubles bipolaires sont des troubles majeurs de l'humeur. Ils toucheraient 1 à 5 % de la population adulte française, mais aucun parcours spécifique n’existe. « Pour les personnes atteintes de ces troubles, les parcours de soins sont totalement désorganisés », explique Marion Leboyer, directrice de la Fondation FondaMental, Professeur de psychiatrie à l'Université Paris Est Créteil et directeur médical du Département Médico-Universitaire de psychiatrie et d’addictologie (DMU Impact) des Hôpitaux Universitaires Henri-Mondor.
 Pour remédier à cela, « Passport BP » propose un parcours de soins spécifique aux troubles bipolaires, qui repose sur l'élaboration d'un plan de soins personnalisé pour chaque patient. Le projet associe une prise en charge spécialisée à des outils numériques et à un financement forfaitaire au parcours.

Un parcours de soins de soins sur-mesure

 Ce parcours est élaboré de manière pluridisciplinaire, à l'issue de longues consultations spécialisées, et éventuellement d'un bilan en Centre Expert FondaMental. Le plan de soins est suivi et piloté par un nouveau type de métier : le case manager. C'est un/une infirmière, formée à la coordination, qui peut intervenir et procéder à des ajustements du plan de soins, si il/elle détecte des indices de rechute ou de détérioration de la santé du patient.

Des outils numériques pour piloter le projet de soins 

« Nous allons utiliser des outils connectés pour assurer un meilleur suivi. Ils complèteront l'évaluation clinique, qui apporte des réponses subjectives », explique le Pr Leboyer. Grâce au traitement massif des données de santé, ces outils numériques permettront donc de piloter le projet de soins du patient et de répondre à ses besoins de santé.
 Un des outils, baptisé MentalWise, et développé par la société Sêmeia, permet d'effectuer un suivi précis des symptômes de la maladie. Grâce à l'intelligence artificielle, la solution MentalWise permet aussi d'introduire des logiques prédictives : elle identifie les patients à risque important de rechutes ou d'arrêt des soins, orientant ainsi les actions à mettre en place par les soignants. « Ces outils simples permettent au médecin d'avoir une vue d'ensemble de la situation du patient, d'intervenir rapidement en cas de besoin, en rectifiant un traitement par exemple, grâce à un suivi précis, avec des indices de rechutes », précise la psychiatre.
 En plus de MentalWise, deux autres outils digitaux seront utilisés dans le cadre du projet « Passport BP » : un logiciel de psychoéducation, baptisé SimpLe et un logiciel de stimulation des fonctions cognitives, Happy Neuron.

Un financement forfaitaire du parcours de soins 

« En plus d'améliorer le pronostic psychiatrique et somatique des patients atteints de troubles bipolaires, le projet « Passport BP » poursuit un objectif de réduction du coût de ces pathologies, en passant d'une prise en charge globale à un financement de parcours individualisé, au forfait, organisé par pathologie et comprenant tous les acteurs de soins », indique le Pr Leboyer.
 
La mesure du coût des troubles bipolaires sera effectuée à l'aide d'une série d'indicateurs, définis avec l'aide de l'association Argos 2001. L'ensemble du projet, coordonné par la Fondation FondaMental, portera sur 2000 patients, sur une durée de cinq ans, dans 5 centres hospitaliers : le CHU de Clermont-Ferrand, le CHU de Besançon, le CH Le Vinatier, le CH Moulins-Yzeure et les Hôpitaux universitaires Hentri Mondor à Créteil.
 
 
 
 
 
 

Portrait de WUD
Par WUD

Vous aimerez aussi

Jacques Lucas dévoile les propositions ordinales sur la télémédecine
L’Assurance maladie se targue d’avoir franchi la barre des 7 millions de DMP ouverts. Et détaille les raisons pour lesquelles les médecins utilisent...
Depuis plusieurs mois, les attaques contre Doctolib pleuvent. Détournement de patientèle, parasitisme commercial, plainte auprès de l’autorité de la...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.