Médiator : Servier a (enfin) perdu en appel, condamné à rembourser 415 millions à la Sécu et aux mutuelles

Article Article

Le groupe Servier qui a commercialisé le Mediator, un médicament utilisé comme coupe-faim accusé d'avoir provoqué de graves lésions cardiovasculaires, a été condamné aujourd’hui en appel à une amende totale de plus de 9 millions d'euros et à rembourser plus de 415 millions d'euros aux organismes de sécurité sociale et mutuelles.

Médiator : Servier a (enfin) perdu en appel, condamné à rembourser 415 millions à la Sécu et aux mutuelles

© Midjourney x What's up Doc

Le groupe pharmaceutique a été reconnu coupable de tous les délits qui lui étaient reprochés, y compris les délits d'"escroquerie" et d'"obtention indue de mise sur le marché" pour lequel il avait été relaxé en première instance.

La cour d'appel a confirmé la culpabilité de Servier pour les délits de "tromperie aggravée" et "homicides et blessures involontaires".

Les six sociétés composant le groupe Servier ont été condamnées, au total, à des peines d'amendes de 9,173 millions d'euros.

Jean-Philippe Seta, ex-bras droit du tout-puissant fondateur du groupe Jacques Servier (décédé en 2014) et seule personne physique prévenue au procès en appel, a été condamné à 4 ans de prison dont un an ferme à accomplir sous bracelet électronique et à un total de près de 90 000 euros d'amende.

La cour n'a pas suivi les réquisitions du parquet qui demandait la confiscation des bénéfices de Servier lié au Mediator, soit 182 millions d'euros, arguant que cela risquait "de mettre en péril le groupe".

Le président de la cour a souligné que Servier avait « privilégié son intérêt financier sur l’intérêt des patients »

Mais, s'agissant des caisses d'assurance maladie et des mutuelles, la cour a condamné Servier à leur verser la somme de plus de 415 millions d'euros au titre du préjudice financier, plus d'un million d'euros au titre du préjudice de désorganisation et plus de 5 millions d'euros en frais de procédure.

"C'est une immense victoire pour les victimes que je représente et que je défends depuis la première plainte de novembre 2010", a commenté Charles-Joseph Oudin, un des avocats des plus de 7 000 parties civiles.

Lors de la présentation en détail du jugement, le président de la cour, Olivier Géron, a souligné que le laboratoire avait "privilégié son intérêt financier sur l'intérêt des patients".

https://www.whatsupdoc-lemag.fr/article/le-proces-en-appel-du-mediator-commence-petit-tour-dhorizon-des-grandes-dates-de-cette

Le Mediator, commercialisé en 1976 pour le traitement du diabète, mais largement détourné comme coupe-faim, a été prescrit à quelque cinq millions de personnes. Il a été retiré du marché en 2009, après qu'un lien avec des lésions cardiaques et de l'hypertension artérielle pulmonaire a été établi par la pneumologue Irène Frachon.

Il y a eu "une politique systématique de dissimulation vis-à-vis des médecins qui s'interrogeaient au sujet du Mediator", a affirmé Olivier Géron. Le groupe "n'a jamais pris les mesures qui s'imposaient".

Avec AFP

0 commentaires (s)

Les gros dossiers

+ De gros dossiers