Médecin le jour, startupper la nuit

Ou l’inverse

Comment un médecin devient-il startupper ? Il y a autant d’histoires que de cas particuliers. Des cas que What’s up Doc va s’attacher à décrire dans une série de portraits consacrés à ces praticiens multitâches. Premier épisode : Juan Sebastián Suárez Valencia, co-fondateur de Bress Healthcare.

 

Juan a une trentaine d’années, et encore des rêves d’enfant. Dont certains sont en train de se réaliser. Né en Colombie, arrivé en France pour ses études de médecine, il a réussi à décrocher son doctorat, malgré la réticence des responsables du DES de médecine générale. En effet, son sujet de thèse – le développement d’un algorithme décisionnel – n’était pas à leur goût. Même si ledit algorithme permettait de faciliter la prise en charge des accidents d’exposition au sang/sexe (AES). Il a d’ailleurs abouti à l’application (gratuite) “AES clic”, pratique et simple d’utilisation.

Accrochages et arborescences

Juan n’en était malheureusement pas à son premier accrochage avec ses enseignants. Lors de sa soutenance de DES, il s’était déjà vu reprocher le contenu de son portfolio, trop marqué par son sujet de prédilection : les outils informatiques au service de la médecine.

« Quand j’étais en D3, j’ai créé des petits programmes pour télécharger les recommandations dans toutes les spécialités, et les organiser (recomedical.fr) », se souvient-il. « Pendant mon internat, j’ai développé une arborescence avec tous les certificats utilisés en psychiatrie pour m’y retrouver plus facilement, et tant qu’à faire, pour que d’autres en profitent aussi. Au départ, le jury m’a dit qu’ils ne pouvaient pas me donner mon DES car leur rôle était de former des médecins généralistes, pas des dirigeants de startups... »

Hémato et jeune pousse

Juan travaille actuellement en SSR d’hématologie à l’hôpital Jean-Jaurès de Paris à 40 %. Le reste de son temps est consacré à ses fonctions de directeur de l’informatique médicale de Bress Healthcare, et de président de la commission recherche et développement de France eHealthTech, plate-forme regroupant une centaine d’entreprises innovantes en santé.

« Bress » (comme respirer en anglais, prononcé avec une parodie d’accent français), est née il y a un an de sa rencontre avec un groupe de développeurs montpelliérains via le groupe Facebook Eppocrate. L’objectif de cette « jeune pousse » est de créer des systèmes d’aide à la décision médicale et des outils de télé-expertise.

Synergies et symbioses

« Le monde des startups en santé est très hétérogène, et je pense que très peu ont un impact démontré ou démontrable sur les patients », explique Juan. « L’une des raisons, c’est qu’il faut développer des synergies entre plusieurs entreprises pour créer un parcours du patient plus complet. Je crois que France eHealthTech devrait jouer un rôle non négligeable pour encourager ces synergies, qui deviendront peut-être des symbioses. »

Le rêve de Juan : pouvoir développer un écosystème d’outils d’aide médicale qui puisse s’exporter partout dans le monde, jusque dans les régions les plus défavorisées.

Source: 

Sarah Balfagon

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Les app' santé ne cessent de se multiplier. On compte aujourd’hui plus de 750 app'. Entre gadgets et outils réellement pratiques, nous vous...
Stitch, une messagerie professionnelle 3.0 spécialement concue pour l’hôpital… américain
Un salon en version 2.0, à découvrir en mai prochain

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.