« Le partage d’expérience, c’est essentiel en santé, j’ai créé une plateforme de tutos pour les jeunes médecins »

Article Article

Créée en 2020, la plateforme WeLinkCare se veut un outil d’intelligence collective en santé. Forte de ses 4 000 inscrits, c’est une mine de ressources (vidéos de gestes techniques, webinaires, avis de confrères…) pour les jeunes médecins. Entretien avec son fondateur, le Dr Kevin Boulanger, médecin généraliste en Belgique.

« Le partage d’expérience, c’est essentiel en santé, j’ai créé une plateforme de tutos pour les jeunes médecins »

© DR.

What’s up Doc : Dans quelle optique avez-vous créé cette plateforme ?
Kevin Boulanger
 : Je suis médecin généraliste en Belgique et je travaille avec le département de médecine générale de l’Université de Liège, où j’encadre les jeunes médecins généralistes en formation. Je leur propose notamment des ateliers d’intelligence collective où il se réunissent à 15 étudiants et apprennent ensemble. Mais j’ai constaté que 15 personnes, c’est déjà presque trop pour mener des ateliers de ce type : les personnes timides vont souvent se taire, tandis que les autres vont prendre le lead. Or, la santé au sens large nécessite la collaboration de milliers d’acteurs du soin, d’institutions, etc… car chacun a son prisme en fonction de son territoire et de ses compétences. C’est donc ma passion de la santé dans toute sa complexité et de l’intelligence collective qui m’ont donné envie de lancer cette plateforme. Pourtant, à l’origine, je suis allergique à l’informatique, surtout quand ça ne marche pas (rires). Notre objectif est d’améliorer les systèmes de soins des territoires, en favorisant les collaborations pluridisciplinaires sur des sujets complexes.

Quelles ressources peuvent y trouver les médecins ?
KB.
 : Nous mettons en ligne des vidéos de 3 minutes de formation aux gestes techniques, dont les jeunes médecins sont très demandeurs : vidéos sur les techniques d’infiltrations intra-articulaires, sur les prises de sang, sur les soins de plaie, sur l’utilisation de matériel médical à domicile comme les aérosols, sur la valise type pour les soins palliatifs, etc. Nous avons déjà plus de 700 vidéos en ligne. Les jeunes médecins visionnent et peuvent ensuite poser leurs questions aux professionnels expérimentés sur ces thématiques. Ce partage d’expérience fonctionne très bien ! Nous proposons aussi des thématiques plus sociales qui ne sont pas abordées au cours de la formation initiale de médecine, sous forme de webinaires : comment prendre en charge un ado en décrochage scolaire ? Une personne âgée en situation de maltraitance ?

« Nous comptons 4 000 membres à ce jour, en majorité des médecins généralistes, mais les spécialistes s'y mettent aussi »

Qui sont vos inscrits ? 
KB. :
Nous comptons 4 000 membres à ce jour, tous des acteurs de santé : en majorité des médecins généralistes (mais les spécialistes s’y mettent aussi), des infirmiers, des kinés, diététiciens, assistants sociaux, etc… Et 360 institutions du secteur santé nous ont rejoints, dont plusieurs hôpitaux. Initialement utilisée par des médecins belges, la plateforme est maintenant utilisée pour un tiers de ses fonctionnalités par des médecins français, mais aussi des médecins suisses, toujours francophones. 

Comment financez-vous la plateforme ?
KB.
 : L’inscription est gratuite pour tous les acteurs de santé à titre individuel (mais pas pour les firmes commerciales). Pour survivre, nous proposons des missions de consulting et produisons des contenus payants pour les institutions et entreprises qui nous demandent ces services.

0 commentaires (s)

Les gros dossiers

+ De gros dossiers