La conférence des doyens rejoint le mouvement de grève du 14 novembre

Le 14 novembre prochain, la conférence nationale des doyens des facultés de médecine a décidé de rejoindre le mouvement social du 14 novembre, en organisant une journée Faculté morte. 

C’est un événement à marquer d’une pierre blanche. La conférence nationale des doyens des facultés de médecine a décidé le 6 novembre de s’associer au mouvement de grève dans les établissements publics et privés de santé du 14 novembre, « en raison de la gravité de la situation et des enjeux liés à la formation et à la recherche des futurs médecins ». Contacté le 6 novembre par WUD, le professeur Jean Sibilia, président de la conférence des doyens, s’était dit solidaire du mouvement du 14 novembre, sans pour autant s’étendre sur les moyens d’actions. « Nous sommes solidaires de ce mouvement pour la sauvegarde de l’hôpital public et du CHU en particulier, mais aussi pour plus de moyens », nous avait-il déclaré. C’est à la suite d’un rendez-vous au ministère de la Santé le 6 novembre en fin d'après-midi que la décision fut prise de rejoindre le mouvement du 14 novembre et d’organiser cette journée faculté morte.

L’appel à la grève du 14 novembre est suivi par la quasi totalité des confédérations, les collectif inter-urgences, inter-hôpitaux, les syndicats d’internes... Leurs revendications sont les suivantes :
- Le recrutement de professionnel.le.s supplémentaires immédiatement et plan de formation pluridisciplinaire.
- La revalorisation générale des salaires et reconnaissance des qualifications des professionnel.le.s
- Le renforcement des moyens financiers significativement pour les établissements, ce qui passe par une revalorisation de l’ONDAM à au moins 5% et donc de la Loi concernant le PLFSS
- L’arrêt de toutes les fermetures d’établissements, de services et de lits.
- De réelles mesures qui garantissent l’accès, la proximité et l’égalité de prise en charge pour la population sur tout le territoire.
- La reconnaissance de la pénibilité de nos métiers pour un départ anticipé à la retraite à taux plein et un maintien des régimes spéciaux

Portrait de Jean-Bernard Gervais

Vous aimerez aussi

31 ans, chef de clinique en pneumologie
L’ANEMF publie les chiffres de la rentrée
Tout le long de ce mois, nous diffusons en podcast des témoignages de jeunes médecins, internes, externes, confrontés à leur premier mort. Aujourd'...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.