IA en santé : comment distinguer le bon grain du bullshit ?

Article Article

[PODCAST] Dans la santé comme ailleurs, l’Intelligence artificielle fait tellement parler d’elle qu’on ne sait plus trop si elle représente l’avenir ou le tombeau de la médecine. Comment y voir plus clair ? C’est le sujet du nouvel épisode du podcast Aux bons soins.

IA en santé : comment distinguer le bon grain du bullshit ?

© IStock

Il y a quelques mois, une étude a fait beaucoup de bruit dans le landernau médical. Elle comparait les réponses données par ChatGPT à celles données par des médecins à des questions de patients. Les humains se faisaient ramasser par la machine non seulement sur l’exactitude des réponses, mais aussi sur leur terrain de prédilection : l’empathie. Mais à y regarder de plus près, quelque chose sonnait faux dans cette étude. Elle comparait la Rolls Royces de l’IA générative, ChatGPT, à des réponses écrites entre deux consult’ sur un forum en ligne par des praticiens surmenés…

On le voit avec cet exemple comme avec bien d’autres : l’IA est l’objet de beaucoup de discours dans le secteur de la santé, discours dont le sens est parfois difficile à dénicher… D’où la nécessité de démêler les vraies innovations de l’effervescence marketing… Et c’est justement ce que tente de faire le dernier épisode du podcast Aux bons soins avec son invité, David Gruson, qui est, entre autres, co-fondateur d’Etik IA, une structure qui œuvre pour une approche éthique de l’intelligence artificielle en santé.

Première leçon : il n’y a pas une IA en santé, mais des IA. David Gruson invite à distinguer les réseaux d’apprentissage profond, connus sous le nom de deep learning, et la « révolution nouvelle de l’IA générative », qui a la capacité de développer elle-même du code informatique. Parmi tous les usages de l’IA, il en cite un certain nombre qui sont déjà d’usage courant dans nos hôpitaux, et d’autres qui ne vont pas tarder à le devenir. Son message : il faut se saisir de l’IA, sinon « les patients vont se tourner vers des outils conçus ailleurs ». Mais attention, il ne faut pas s’en saisir n’importe comment : il faut assortir cette IA d’une « garantie humaine ». Pour savoir de quoi il retourne, ça se passe dans votre casque !

0 commentaires (s)

Les gros dossiers

+ De gros dossiers