Hôpital : des agents de l'AP-HP manifestent contre le manque de personnel

Environ 170 personnes ont manifesté mercredi entre le siège de l'AP-HP et le ministère de la Santé pour protester notamment contre le manque de personnel dans les hôpitaux parisiens, a constaté une journaliste de l'AFP.

La manifestation était organisée à l'appel des syndicats FO et CGT, dont les responsables ont fait état d'un personnel « épuisé et amer » et d'une situation « extrêmement critique et tendue ».

« Il faut stopper cette spirale infernale », avait souligné lundi Jean Emmanuel Cabo, secrétaire général de FO AP-HP, lors d'une conférence de presse organisée en amont de la manifestation.

Ce responsable syndical a affirmé que « 20% » des lits étaient fermés à l'AP-HP, faute de soignants en nombre suffisant, un chiffre contesté par la direction.

« À l'hôpital Necker, il faut 100 infirmières supplémentaires (...). Le week-end des 16 et 17 octobre, les urgences de l'hôpital Bicêtre étaient saturées. Il y avait 27 personnes âgées sur des brancards, dans les couloirs », critique le représentant FO.

Les syndicats CGT et FO déplorent que des agents de l'AP-HP, « 400 » selon eux, aient été suspendus pour non-respect de l'obligation vaccinale.

« C'est une fumisterie », soupire Sylvie Lefelle, auxiliaire de puériculture et syndicaliste CGT, « on leur a demandé de venir travailler, même en étant positif au Covid-19, et aujourd'hui on les sanctionne ».

« On a mis en danger et le personnel et les usagers. Les lits continuent de fermer, les heures supplémentaires représentent 1.500 emplois, les conditions de travail sont épouvantables », énumère-t-elle.

Au milieu du cortège, des personnels paramédicaux, ouvriers et administratifs de l'hôpital Robert-Debré dénonçaient plus particulièrement le manque de places de parking. « On doit payer pour venir travailler, c'est 14,40 euros par jour qu'il faut débourser », indique Laure Guilbosh, aide-soignante et représentante FO.

« Ce qu'on a gagné grâce au Ségur de la santé, on le perd pour venir au travail. Sans compter les amendes ou la mise en fourrière qu'on risque si on stationne en dehors de l'hôpital », s'indigne-t-elle.

De nombreux syndicats et collectifs ont appelé à une mobilisation nationale pour la défense de l'hôpital public samedi, avec un rassemblement à Paris devant le ministère de la Santé.

Avec AFP

Portrait de La rédac'

Vous aimerez aussi

Les services de Matignon ont compris la douleur de l’hôpital de Laval en Mayenne. C’est 80 millions d’euros qui vont lui être alloués pour pallier la...

Double actualité pour le CNPH. Il est à la fois retardé de trois semaines et se lance dans une formule renouvelée plus fluide, l’occasion d’en parler...

Médecin aux urgences de l'hôpital de Draguignan (Var) qui ont dû, faute de personnel, fermer la nuit, comme d’autres hôpitaux qui adaptent leurs...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.