Homéopathie : médecins et pharmaciens réunis par leurs Académies

L’Académie nationale de médecine a voté en faveur de la publication d’un communiqué commun avec son homologue pharmacienne. Elle réclame la fin du remboursement et de son enseignement dans les facultés de médecine.
 

L’Empire du côté obscur de la médecine (a.k.a. l’homéopathie) semble de plus en plus acculé dans le fin fond de la bordure extérieure de la galaxie des autorités de santé. Sous le coup d’une évaluation de la HAS pour ses granules – une évaluation dont l’issue ne fait guère de doute –, fustigé par les groupies no #Fakemed, il vient de se prendre le deuxième coup de sabre des académiciens.
 
D’après une information du Figaro Santé, le 26 mars, l’Académie nationale de médecine aurait voté (58 voix pour, 16 contre, 8 abstentions) en faveur de la publication d’un communiqué. Celui-ci, rédigé en commun avec l’Académie nationale de pharmacie, rappellerait que les connaissances scientifiques actuelles ne permettent pas de démontrer une quelconque efficacité des préparations homéopathiques, en dehors d’un effet placebo.

Fin du game ?

En décembre 2018, plusieurs académiciens avaient déjà signé une tribune dans ce sens, n’engageant que leur nom, et pas l’institution. « Nous, académiciens, estimons qu'il est de notre devoir de professionnels de santé et de scientifiques d'informer les patients », avaient-ils alors écrit. « Non, l’homéopathie n'est pas un médicament actif, même si elle bénéficie d'une autorisation de mise sur le marché et d'un remboursement. Un état de fait injustifié, car l'homéopathie, contrairement aux autres médicaments, n'a pas fait la preuve de son efficacité sur la base de démonstrations vérifiables et objectives reconnues par la communauté scientifique internationale »
 
Début mars, l’antre des sages avait déjà été le théâtre de petites prises de bec entre homéopathes et anti-fakemed, à l’occasion d’une session organisée dans le cadre du Grand débat national.
 
Avec des médecins pas convaincus, le gouvernement sur le râble (notamment via la HAS), l’evidence based medicine contre elle et les Académiciens contestataires, les jours de remboursement de l’homéopathie semblent plus que jamais comptés. Elle semble pourtant bien efficace pour réconcilier médecins et pharmaciens

Portrait de Jonathan Herchkovitch

Vous aimerez aussi

L’Académie nationale de médecine a voté en faveur de la publication d’un communiqué commun avec son homologue pharmacienne. Elle réclame la fin du...
Alors que le gouvernement prépare la publication du plan gouvernemental de prévention des conduites addictives, une étude scientifique d’une...
Des dermatologues brésiliens rapportent le cas d’un homme de 35 ans se présentant avec de fortes douleurs au talon droit, sans historique de trauma...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.