Harcèlement moral, la principale cause de la souffrance à l’Hôpital

C’est l’heure du bilan ! Le mois dernier, APH publiait les résultats de son enquête sur la souffrance au travail dans les établissements de santé cru 2020. Et malgré la crise sanitaire, c’est le harcèlement moral qui arrive en tête des causes de la souffrance à l’hôpital.

Le harcèlement moral est la première cause de la souffrance des praticiens hospitaliers. C’est l’un des enseignements qui ressort du bilan de l’Observatoire de la souffrance au travail, édition Covid-19. Le mois dernier, Action Praticiens Hôpital partageait les résultats de son travail. « L’OSAT-APH est un outil pour aider les praticiens en souffrance et comprendre les causes et les conséquences de ce qui est devenu en quelques années une véritable épidémie et qui n’est acceptable nulle part, encore moins à l’hôpital, lieu de soin », écrit l’organisme.

En tout, 57 fiches ont été transmises à l’OSAT en 2020. Un panel limité qui permet tout de même de souligner une tendance. « 84% des déclarants avaient un statut de Praticien Hospitalier temps plein », détaille APH. Une souffrance indicible qui s’est décelée dans pas moins de vingt-cinq spécialités, avec une mention spéciale pour l’anesthésie-réanimation, la médecine d’urgence ou encore la biologie.« Pourquoi ? Parce qu’il y a la crise ! Il a fallu rapidement se mettre en ordre de marche sur de nouvelles organisations », commente Carole Poupon, vice-présidente d’APH. Et c’est dans les rangs des femmes que cette souffrance a été le plus souvent diagnostiquée. En tout, 63 % des déclarants étaient des déclarantes. « Il y a plus de femmes, car c’est là qu’il y a le plus souvent d’harcèlement moral », se désole Carole Poupon.

Sur la première place du podium des causes provoquant une souffrance, c’est en effet le harcèlement moral qui se distingue. « Les principales causes attribuées à la souffrance par les déclarants sont un arbitraire flagrant lié à la gouvernance dans l’établissement et une présomption de harcèlement moral au travail (51% des déclarations) », détaille APH, dans son rapport. La désorganisation liée à la crise sanitaire, quant à elle, n’arrive qu’en quatrième position (26%) - derrière une désorganisation grave et chronique du service (46 %), les déficits en personnels médicaux (44 %) et la surcharge émotionnelle (39 %). À noter que l’insuffisance de moyens de protection individuels recense également 16 % des suffrages.

« Le harcèlement moral n’est pas nouveau mais ces résultats permettent de confirmer des suppositions », indique Carole Poupon. Selon les données recensées par l’OSAT, les manifestations de harcèlement moral vécues par les déclarants se résument ainsi :

  • des attitudes de mépris (83%),
  • des dévalorisations implicites et sournoises (79%),
  • des déconsidérations en public (72%),
  • une dévalorisation explicite du travail (55%),
  • un isolement et une mise à l’écart du groupe (55%),
  • des menaces verbales (48%),
  • un refus de toute communication (38%),
  • des insultes en public (21%),
  • des menaces physiques (7%),
  • des agressions physiques (3%).

« La protection fonctionnelle n’était pas demandée par le déclarant dans 66 % des cas. Lorsqu’elle a été demandée, elle a été refusée à chaque fois », note APH. Une véritable épidémie, donc, qui ne semble pas prête d’être endiguée.

Portrait de Julia Neuville

Vous aimerez aussi

L’IVG médicamenteuse, bientôt accessible en ville pendant 9 semaines ? Ce 12 avril, la HAS a actualisé ses recommandations. Une prescription qui se...

Pour la première fois, un médecin, Denis Labayle, a accepté de témoigner sur la pratique de l’euthanasie à l’hôpital public.

Pour certains, exercer en libéral est une évidence. Nicolas Caumon, chirurgien orthopédique à l'Hôpital privé Saint-François, dans l'Allier, fait...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.