Google : l’UFML-S lance la guerre des commentaires

L’UFML-S recommande à ses adhérents de publier sur leur fiche Google de praticien un message avertissant les éventuels auteurs de commentaires négatifs. Tout propos diffamatoire donnera lieu à un dépôt de plainte.

 

Que l’on soit en faveur ou non d’un système de notation des médecins, un commentaire négatif sur sa fiche praticien sur Google ne fait jamais plaisir. Il fait encore moins plaisir quand il s’avère être injustifié ou diffamatoire. Peu d’incidence sur la patientèle puisque, a priori, il est plus difficile de trouver un médecin qu’un patient par les temps qui courent, mais l’UFML-S a décidé de réagir.

 

Le syndicat propose à ses adhérents de poster un message sur leur fiche : "Vous êtes sur ma fiche Google, il vous est possible de poser des commentaires sur mon activité et le vécu de votre consultation. Face aux dérives constatées dans l’exercice de ce service, il est à préciser que : tout commentaire diffamatoire à mon égard, à celui de ma profession, ou portant atteinte à mon honneur ou à ma probité entrainera le dépôt d’une plainte auprès de la juridiction compétente ainsi que la saisie immédiate de l’avocat de mon syndicat professionnel (www.ufml-syndicat.org) et de Google."

Ces commentaires peuvent avoir un effet extrêmement délétère sur l’exercice médical dans la mesure où le médecin a de grandes difficultés à y répondre, d’abord du fait du respect du secret médical mais également de celui de l’anonymat qui entoure souvent l’existence de ces appréciations, explique l’UFML-S dans un communiqué daté du 25 mars. Une « action de prévention » qui « signe la fin de la récréation ». En 2018, le Conseil national de l’Ordre des médecins avait donné ses recommandations pour protéger sa réputation numérique.

 

Portrait de Jonathan Herchkovitch

Vous aimerez aussi

Le Dr Ali Djemoui est décédé des suites d'une infection à Covid au début du mois d'avril. 
Nouvelles délégation de tâche : les infirmières ont désormais la possiblité de contrôler les dispositifs implantables rythmologiques. 
Rapport Dominique Laurent À la Ministre de la Santé

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.