Congrès de chir' : les jeunes animent un Petit Journal

… et ce sont les PU-PH qui font Yann Barthès

À l’occasion du Congrès français de chirurgie, les jeunes chirurgiens viscéraux se la jouent Petit Journal en direct sur le plateau TV du congrès.

 

La semaine dernière à Paris se tenait le Congrès français de chirurgie, grand-messe annuelle de chir’ viscérale et digestive. Entre deux communications sur les sigmoïdites aigues diverticulaires ou la réforme du 3e cycle, une originalité nous a frappé : la présence d’un « Petit Journal du congrès ».

Le concept : sous les assauts d’un professeur galonné, des membres de l’Association des jeunes chirurgiens viscéraux (AJCV) exposent ce qu’ils ont retenu des sessions de la veille, en direct du plateau TV du congrès. « C’est moi qui vais me faire cuisiner… », nous confie, peu rassuré, un membre de l’asso sur le point d’entrer en piste.

En guise de mijoté, l’émission sera plutôt bon enfant. Sur un plateau TV élégant – moquette mauve et table blanche – les quatre jeunes chir’ invités répondent avec plus ou moins d’assurance aux questions finalement très bienveillantes du PU-PH. Le tout sous les regards d’une vingtaine de congressistes, venus en curieux entre deux sessions.

Des jeunes en liberté

« Les professeurs ont été choisis pour leur côté cool », confie Yohann Renard, président de l’AJCV, quelques instants après l’émission. « Le direct est une mise en situation intéressante pour nous les jeunes, mais surtout tout est filmé – il y a quatre caméras – et diffusé sur le site de l’association sénior, très fréquenté. »

Pour ce chef de clinique rémois, la place importante des jeunes au congrès est le fruit d’une « prise de conscience » de l’Association française de chirurgie (AFC) organisatrice. « Ils nous ont investis d’énormément de missions : on a eu des sessions "jeunes" où on abordait ce qu’on voulait, et ce plateau TV où les jeunes sont mis en avant », se réjouit-il.

Le nerf de la guerre

Une ouverture d’autant plus bienvenue que les séniors peinent souvent, d’après lui, à saisir les problématiques de leurs cadets. « Ils ne comprennent pas que les jeunes se paient tout, le transport et le logement voire le prix du congrès, alors qu’eux sont sponsorisés », explique le président de l’AJCV.

Mais l’inclusion des jeunes se veut aussi un choix stratégique, à l’heure où les financements industriels se font plus rares. « Pour faire revenir du monde, et notamment des jeunes chez les sponsors, les organisateurs se sont dit : on va faire un plateau TV au milieu des sponsors », analyse Yohann Renard.

Source: 

Yvan Pandelé

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Mais ce n’est pas un long fleuve tranquille
Plus besoin de tout avoir pour tout savoir

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.