74% des médecins veulent poursuivre les téléconsultations après l’épidémie

Selon Doctolib, les téléconsultations devraient représenter entre 15 et 20% de l'ensemble des consultations après l'épidémie. 

Le Covid19 aura fait le succès de la téléconsultation. Ce nouveau mode d’exercice, qui peinait à décoller avant l’épidémie de Covid19, explose actuellement, comme le révèlent les données de la plateforme Doctolib, Depuis le début de l’épidémie le nombre de téléconsultations sur Doctolib est de l’ordre de 2,5 millions. Dans le détail ce sont 31 000 médecins qui proposent désormais des téléconsultations via Doctolib et 833 000 patients ont effectué au moins une téléconsultation vidéo via le site ou l’application au cours des 5 dernières semaines. En mars, ajoute Doctolib, 12% des rendez-vous pris sur Doctolib concernaient des consultations vidéos, tandis que ce taux passait à 45% en avril. 

L’utilisation des téléconsultations n’est pas le simple fait de patients digital native : toutes les tranches d’âge sont concernées. 13,5% ont entre 0 et 17 ans, 25% entre 25 et 34 ans, 21% entre 35 et 44 ans et 28% plus de 55 ans. Deux régions téléconsultent beaucoup plus que les autres : l’Ile-de-France (avec 39% des rendez-vous), et l’Auvergne-Rhône-Alpes avec 11% des rendez-vous.

80% des patients veulent poursuivre les téléconsultations

Quid de l’avenir de la téléconsultation selon Doctolib ? Selon un sondage réalisé les 21 et 22 avril auprès de 1225 patients utilisateurs de la téléconsultation Doctolib, 80% des patients veulent poursuivre la consultation vidéo après l’épidémie, « car ils pensent que cela leur permettra de leur éviter de se déplacer (38,5%), d’obtenir un rendez-vous plus rapidement (20%), de consulter leur médecin d’où ils veulent (22%), de bénéficier d’un avis médical plus facilement (12%) et de ne plus déranger leur médecin par téléphone ». Selon Stanislas Niox-Chateau, CEO de Doctolib, la téléconsultation « représentera probablement entre 15 et 20% de l'activité des médecins utilisateurs, comme c’est le cas dans les pays nordiques ou certains pays d’Asie où cette pratique est déjà courante ». 

Côté médecins, les utilisateurs sont à 70% des médecins généralistes. Hors MG, les médecins spécialistes les plus utilisateurs sont les psychiatres (5%), les dermatologues (4%), et les pédiatres (4%). Les médecins utilisateurs de la consultation vidéo sont 74% à penser continuer à utiliser la consultation vidéo après l’épidémie. « Parmi les raisons évoquées, 66% déclarent vouloir donner la possibilité à leurs patients de consulter à distance en fonction du motif de consultation, 57% indiquent qu’ils seront ainsi rémunérés pour certains actes et conseils qu’ils prodiguaient déjà auparavant par téléphone ou sms, 45% pensent que la consultation vidéo leur permettra plus de confort de travail pour choisir lorsqu'ils souhaitent consulter en présentiel ou en vidéo et  36% pensent que cela leur permettra d’augmenter la fréquence de contacts avec leurs patients ». 

Portrait de Jean-Bernard Gervais

Vous aimerez aussi

Les patients de Fleury-Mérogis, dans l’Essonne, ont de plus en plus de mal à trouver un généraliste. Une pharmacienne de la commune a décidé de...
Selon Doctolib, les téléconsultations devraient représenter entre 15 et 20% de l'ensemble des consultations après l'épidémie. 
3 questions au Dr Charles Cousina, délégué de l’UFML

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.