Saint-Etienne, avant-dernier sans peine

Tout ce qui est petit est mignon

Saint-Etienne compte parmi les plus petites universités de médecine de France, avec Limoges. « Et le CHU lui-même est relativement petit », précise Lucile, interne en 2e année de médecine interne. En conséquence, les praticiens hospitaliers sont autorisés à participer, sur leur temps de travail, à l’activité d’enseignement de l’UFR. Et certaines parties de l’enseignement sont mutualisées avec Lyon et Grenoble. « Certaines spécialités souffrent un peu du manque de personnel, poursuit la jeune-femme. Mais nous bénéficions d’un énorme recrutement côté patientèle, on voit de tout. Et nous pouvons faire nos stages dans de gros centres avec des hyperspécialisations. »
Le CHU et la faculté sont voisins. Les établissements périphériques sont à une heure maximum du centre-ville. Il n’est donc pas nécessaire de déménager pour réaliser ses stages. « Il y a une très bonne ambiance entre tous les internes et nous apprenons très vite à nous connaître », observe Lucile. L’association des assistants et internes de Saint-Etienne est très active. Elle propose environ 6 grosses soirées par an, des afterworks, des soirées culturelles, des massages shiatsu… Et une utile formation à la fiscalité pour les premiers remplacements des futurs médecins généraux !
Saint-Etienne est pourtant 27e du classement WUD. Est-ce la proximité de Lyon qui lui fait de l’ombre ? La réputation un peu grise de la ville - ancienne ville minière, victime des crises qui ont fortement frappé son tissu industriel - y est sans doute pour beaucoup. Ainsi qu’un taux de pauvreté (23,8 %) et de chômage (21 %) relativement élevé. Pourtant, « on y vit vraiment bien, explique Lucile. Le coût de la vie est bas, on peut même se permettre de devenir propriétaire avant la fin de l’internat. Et la campagne et la montagne sont à proximité. » Depuis quelques années la ville a engagé sa mue en misant sur le design (développement de la cité du design) et la rénovation de ses quartiers industriels. 

Le + : découvrir le rafting en Ardèche au printemps ou randonner sur les côtes roannaises en été.

Le smoking dog
Original, un pub cocooning, comme à la maison. Du coup, on peut aussi s’y rendre en famille, quand on reçoit les parents qui s’inquiètent pour leur progéniture. C’est ouvert le dimanche. Grand choix de bière, whisky et vins. 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.