Un taux de séropositivité de plus de 88% dans deux foyers pour travailleurs, selon MSF

Au travers d'une étude sur la prévalence, Médecins sans frontières alerte sur la forte contagiosité de l'épidémie de Covid19 dans les lieux de grande précarité, et demande que les pouvoirs publics prennent des mesures drastique pour enrayer ce fléau. 

Cela va sans dire : la promiscuité en état de grande précarité favorise la transmission du SarsCov2. Encore fallait-il l’objectiver. C’est tout l’objet de l’enquête de séroprévalence menée par Médecins sans frontières, Epicentre et l’Institut Pasteur entre le 20 juin et le 2 juillet dernier. Intitulée Précarité et séroprévalence de la Covid-19 en Ile-de-France, cette étude a été menée auprès de 818 personnes « réparties sur deux sites de distribution alimentaire, deux foyers de travailleurs et dix centres d’hébergement d’urgence, situés à Paris, dans le Val d’Oise et en Seine-Saint-Denis ». Première conclusion : « Les résultats confirment que la circulation du virus a été plus particulièrement active dans les situations où la promiscuité était la plus forte, c’est-à-dire quand la personne doit partager chambre, douches et cuisine avec plusieurs autres personnes » a analysé Thomas Roederer, épidémiologiste à Épicentre et responsable de cette étude.

Mise en garde contre l'hébergement en gymnase

La séropravalence au SarsCov était bien plus élevée dans ces lieux de vie que partout ailleurs en Ile-de-France : selon une étude de santé publique France, une personne sur 10 était séropositive au SarsCov2 en Ile-de-France. Dans les lieux étudiés par l’étude menée par Médecins sans frontières, la séropositivité était de « 23 à 62% au sein des centres d’hébergements d’urgence, 18% et 35% dans les deux sites de distribution alimentaire, et 82% et 94% dans les deux foyers de travailleurs ». L’étude met aussi en garde contre l’hébergement dans les gymnases, où la séropositivité est trois fois plus importante que chez les personnes ayant été hébergées en centres d’hébergement :« Les lieux collectifs comme des gymnases sont donc à éviter au maximum au profit des placements en hôtels et des hébergements avec des espaces de vie individuels qui permettent l’application effective des mesures de prévention. » Dans les foyers de travailleurs, « MSF recommande également aux autorités de renforcer l’accès des résidents à l’information, à la prévention, au dépistage, et aux soins médicaux de façon universelle, avec une attention particulière à porter aux personnes les plus à risque de développer des formes sévères de la Covid-19 ». 

 

 

Portrait de Jean-Bernard Gervais

Vous aimerez aussi

Selon une méta-analyse, les personnes vivant avec le VIH infectées par la Covid-19 présenteraient un risque de mortalité de près de 80 % plus élevé...

Environnement, santé. Un cercle vicieux qui s’est emballé ces dernières années. Pour essayer d’enrayer la machine, l’ADEME et Santé publique France...

À l’occasion de la journée internationale de lutte contre l’homophobie, la biphobie et la transphobie, le gouvernement lance une campagne médiatique...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.