Un site Internet propose des arrêts maladie à la carte !!!

Deux sites Internet (arretmaladie.fr et docteursecu.fr) exploitent les failles de la législation française pour "commercialiser" des arrêts maladie sur mesure...

En pleine période d’augmentation subite des arrêts maladie (période de fêtes et grève obligent), notamment à la RATP, un site Internet, arretmaladie.fr, propose des arrets maladie à la carte, en se basant sur la législation encadrant la télémédecine. Sur la homepage du site, il est annoncé la délivrance d’un arrêt maladie sans rendez-vous chez le médecin, rapide et fiable, et remboursé qui plus est au tarif d’une consultation (25 euros) chez un généraliste.
Les conditions générales d’utilisation précisent que le site arretmaladie.fr « a pour objet de fournir diverses informations et d’intervenir sur les plateformes internet de télémédecine www.docteursecu.fr".

Service d'information

De fait, arretmaladie.fr se contente en effet, après avoir cliqué sur divers boutons, de rediriger vers https://www.docteursecu.fr/, un site de téléconsultation qui a pignon sur rue. Arretmaladie.fr est édité par le docteur allemand (en droit) Can Ansay, qui se présente sur sa fiche LinkedIn, comme un « eHealth Disruptor & Keynote Speaker », CEO de la société au-schein.de. Cette société édite un site Internet allemand qui propose des arrets maladie en Allemagne, et se vante d’avoir d’ores et déjà édité 30 000 arrêts maladies. Le site allemand avait déjà défrayé la chronique en janvier dernier. Vice lui avait consacré un article en se posant la question de la légalité d’un tel site. Can Ansay, par ailleurs avocat, s’était justifié en expliquant que son site permettait de désengorger les salles d’attentes des cabinets médicaux. Contre 9 euros outre-rhin, le site délivre une attestation d’arrêt maladie, et s’appuie sur la législation allemande. En France, arretmaladie.fr a dû passer une joint-venture avec une start-up en téléconsultation pour pouvoir fonctionner. Joint par WUD, arretmaladie.fr nous a promis de nous mettre en contact avec Can Ansay, à Hambourg.
En remplissant le questionnaire, docteursecu.fr s’assure que le «patient » remplit toutes les conditions qui ouvrent droit à un remboursement par l’assurance maladie : avoir consulté plusieurs fois le site au cours des 12 derniers mois, s’assurer que son médecin traitant n’est pas disponible… À l’issue du questionnaire, une téléconsultation est alors proposée avec un médecin généraliste affiliée à docteursecu.fr. Si la législation sur la téléconsultation semble respecter, ainsi que celle sur l’interdiction de publicité par des professionnels de santé (puisque c’est arretmaladie.fr, un site non médical, qui assure la publicité de docteursecu.fr, un site médical), l’initiative a fait faire des bonds sur les réseaux sociaux. Ainsi le Dr Jérome Marti semble ulcéré par cette initiative.

Malgré l’indignation de l’UFML, qui ne décolère pas et enquête sur cette solution :

Il semblerait que tout soit légal dans cette solution. De petits malins ont juste exploité les failles de la législation, pour transformer les prescriptions médicales en gros biz bien juteux. Jusqu’à quand ?
 

Mais qui se cache derrière Docteursecu.fr ?

Si le CEO de arretmaladie.fr, l’avocat allemand Can Ansay, ne cache pas son identité, il est plus difficile de savoir qui se cache derrière docteursecu.fr. Le CEO de ce site serait un certain Loïc Petitprez, basé à Marseille. Petitprez est aussi consultant en développement commercial pour LS HEALTHCARE. Il a par ailleur été responsable de la société Netika SARL, en réalisant notamment des audits pour les laboratoires de biologie médicale. Il a aussi travaillé pour Siemens Healthineers. Il est ingénieur commercial de formation. 

Portrait de Jean-Bernard Gervais

Vous aimerez aussi

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.