Uberisation de la santé : la France en avance sur les Etats-Unis

Des applis qui envoient un médecin au domicile des patients voient (enfin) le jour aux Etats-Unis

Les médecins français sont habitués à faire des visites à domicile. Mais depuis bien longtemps, ce n’est plus le cas des confrères américains : alors qu'outre-Atlantique, les précédentes générations de praticiens se rendaient fréquemment chez leurs patients, l’American Academy of Family Physicians (AAFP) estime que cette activité ne représente plus qu’1% du total des consultations, et qu’un généraliste n’effectue en moyenne qu’une visite par semaine.

Les services de type « SOS Médecins » sont cependant en train de faire leur grand retour aux Etats-Unis… via les nouvelles technologies : des applis de type « Uber » proposent en effet désormais aux patients de leur envoyer un médecin à domicile.

Une start-up baptisée « Pager » officie désormais à New York, et s’apprête à se lancer à la conquête de San Francisco. Elle devra y faire face à la concurrence de « Heal », implantée sur la côte ouest. Mais il s’agit de développements très récents : le vétéran du secteur, « Medicast », n’a vu le jour qu’en… 2013.

« Quelqu’un vient chez vous, il est aimable avec vous »

Avec ce qu’il faut bien appeler une innovation, les patients américains redécouvrent le confort et la qualité des soins prodigués chez eux. « C’est une expérience complètement différente quand on est malade et que l’on peut rester en pyjama », confie à « Associated Press » une patiente qui a utilisé « Pager ». « Quelqu’un vient chez vous, il est aimable avec vous, il répond à toutes vos questions et vous donne tout le temps dont vous avez besoin ».

Bien sûr, comme toute innovation, les applis de visites à domicile suscitent des critiques. « Si ces applis se développent et fragmentent encore un peu plus les soins, cela n’aidera pas le système de santé. Nous aurons davantage de ce que nous avons déjà : des coûts plus élevés et une qualité moindre », explique à « Associated Press » le Dr. Robert Wergin, président de l’AAFP.

En tous cas, si l’Oncle Sam a besoin d’une étude de cas, il peut se tourner vers la France : la visite y représente 12% de l’activité des généralistes. Ce chiffre peut sembler faible, mais il est 12 fois plus élevé qu’aux Etats-Unis.

Source: 

Adrien Renaud

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

De nombreux chercheurs australiens ont pointé du doigt des données hospitalières erronnées dans l'étude de The Lancet, qui ont conduit, l'OMS mais...
« Errare humanum est » versus « Primum non nocere »

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.