Santé mentale : Comment améliorer la prise en charge des jeunes ?

Peur de la stigmatisation, absence de prise de conscience, manque d’informations… Les freins à la prise en charge des besoins psychologiques des jeunes sont nombreux. Alors comment y remédier ?

Alors que les troubles de la santé mentale explosent chez les jeunes, seuls 6 % d’entre eux ont consulté un professionnel de santé. C’est l’une des informations alarmantes qui ressort de l’enquête menée par l’Institut Ipsos pour la Fondation Fondamental en janvier dernier. « Cette dernière […] rappelle l’urgence d’agir pour mieux prendre en charge cette population particulièrement touchée », alerte le commanditaire.

Actuellement, 40 % des jeunes de moins de 25 ans présentent un trouble anxieux généralisé – soit 9 % de plus que chez le reste des Français. « Parmi les 22-24 ans, plus fréquemment isolés, hors du foyer familial, près d’1 sur 2 avoue des niveaux de problèmes qui font suspecter un seuil d’anxiété nécessitant une évaluation clinique psychiatrique », souligne la Fondation. Malgré ces ratios inquiétants – mais pas nouveaux, 46 % des jeunes interrogés confient ne pas « savoir grand-chose » sur les structures existantes pour les aider. Et « seulement 56% des 18-25 ans s’estiment bien informés sur les professionnels de santé à consulter en cas de questions sur leur santé mentale », poursuit l'organisation. 

Pour inverser la tendance, une seule solution : faire de la prévention à grand coup de communication à destination des proches, des parents, des professeurs… Mais aussi des soignants ! « Certains ne sont pas très au fait des signaux psychologiques », assure Lisa Letessier, psychologue clinicienne. Isolement soudain, irritabilité, colère disproportionnée, tristesse profonde, démotivation, comportements à risque (sexe, drogue, alcool), troubles du sommeil… « Il y a tout un tas de signes cliniques qui montrent qu’un jeune est en difficulté », rappelle la spécialiste.

Une fois repérés, ces signaux d’alerte doivent donner lieu à la redirection du patient vers la filière psychologique. « Beaucoup de médecins généralistes prescrivent des anxiolytiques et des antidépresseurs à leurs patients. Sans accompagnement psychologique pourtant, ce ne sont que des pansements ! », rappelle Lisa Letessier. Et d'ajouter : « Un médecin généraliste ne doit pas prendre un rôle de psychiatre ou de psychologue. Ils doivent avoir un rôle de repérage. »

Autre levier à actionner pourtant : la formation des généralistes. Souvent en première ligne, ces derniers sont parfois contraints de pallier les failles du parent pauvre de la médecine. « Ce qu’on adorerait, c’est qu’il y est de plus en plus de professionnels qui se forment à l’EMDR et aux TCC, confie la psychologue clinicienne. Ça donnerait un relai supplémentaire. Et en situation de crise, c’est mieux que rien. »

Écoute Étudiants Ile-de-France : Une plateforme à l’écoute des jeunes

La riposte contre les troubles de la santé mentale chez les jeunes s’organise ! Début janvier, la région Ile-de-France, en collaboration avec la Fondation FondaMental, a lancé une plateforme de conseils et de consultations gratuites pour les étudiants d'Ile-de-France. « La plateforme IDF a été inventée dans l’idée de permettre aux étudiants de repérer eux-mêmes les signes d’un trouble », confie Lisa Letessier, qui a participé à l’élaboration du site Écoute Étudiants Ile-de-France.

Anxiété, idées noires, difficultés de concentration, troubles du sommeil… De nombreux signaux sont passés à la loupe. « Et dans chaque thématique, on propose des exercices pour les aider à se sentir mieux », souligne la spécialiste.   

Et si cela ne va toujours pas ? La région Ile-de-France finance trois consultations, en direct ou en visio, de thérapie comportementale et cognitive. « En passant par ce système, il y a un énorme avantage : ils peuvent avoir une consultation très rapidement », assure la psychologue.  

Au 11 février dernier, 8 200 clics avaient été recensés sur la prise de rendez-vous.  « Sachant qu’il y a 40 000 consultations offertes, il y a encore de la marge », indique Lisa Letessier. Un bon plan à partager à vos patients ?

 

Portrait de Julia Neuville

Vous aimerez aussi

Le gouvernement a annoncé une revalorisation de salaire assortie d’une prime pour les trois quarts des 23 500 sages-femmes. 

Une spé aussi bien choisie que jalousée. Chaque année, la chirurgie plastique et reconstructrice remporte les suffrages des internes. Et...

L’obligation vaccinale pour les professionnels de santé vient de rentrer en vigueur en France. Une disposition qui risque de perturber l’organisation...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.