Room sévice

Ciné week-end: Room, de L. Abrahamson (sortie le 9 mars 2016)

Des conséquences psychiques de la séquestration, du pouvoir de l'imaginaire sur réel et de la relativité des notions de vérité et de mensonge...D'intenses réflexions qui ne vous dispenseront pas de quelques larmes!

La façon, à la fois sensible et intelligente, qu'a le cinéma américain indépendant de s'emparer des sujets d'actualité, est impressionnante. Room ne déroge pas à la règle. Sur un sujet casse-gueule qu'il aborde de manière frontale - l'épidémie récente mais peut-être pas si rare de séquestrations de jeunes femmes ou de familles durant parfois des années -, Lenny Abrahamson a le mérite de ne pas tomber dans le travers mille fois rebattu, et souvent de manière nauséabonde ou grossière, du syndrome de Stockholm. Ici, la victime vomit son agresseur autant qu'elle chérit l'enfant qu'il lui a monstrueusement donné. Ca n'a l'air de rien, mais cette volonté de cantonner la perversion et le malsain du côté du tortionnaire a quelque chose de réconfortant.

Car cette dichotomie assumée sert le dispositif du film: rendre un fait divers totalement insoutenable en conte de fées, ceci ne semblant possible que dans les yeux d'un enfant totalement innocent. Il faut adhérer à ce principe de base, proche du bon sauvage rousseauiste, pour ne pas rester sur le bas-côté de ce film sinueux qui fait écho à La Vita è bella, de Benigni, qui usait du même procédé de travestissement de la réalité par le vecteur de la conviction émotionnelle. 

L'intelligence du réalisateur et la composition extraordinaire du jeune Jacob Tremblay permettent cependant de déceler, au-delà de l'apparente et peu crédible naïveté de l'enfant, une seconde lecture: et si celui-ci, ne comprenant que trop bien l'horreur de la situation en raison du lien maternel, ne s'emparait pas du mensonge vital de la mère pour remplir la mission qu'elle lui a implicitement et dans un second temps clairement confiée, celle de la sauver? 

 

Source: 

Guillaume de la Chapelle

Portrait de Guillaume de la Chapelle

Vous aimerez aussi

Poursuite de notre rétrospective consacrée au Génie – tendance méticulosité obsessionnelle – du cinéma francais, avec ce second volet consacré à la...
Ciné week-end: Réparer les vivants, de K. Quillévéré (sortie le 2 novembre 2016)
Critique de "Joker", de Todd Phillips (sortie le 9 octobre 2019).

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.