Qweety : la clope tu l’aimes ou tu la quittes !

Et c’est un interne qui te le dit

David Labrosse est interne en santé publique. Il a créé avec un de ses collègues l’appli Qweety, un dispositif ingénieux qui devrait faire arrêter la clope aux plus récalcitrants. 

 

Arrêter de fumer, ça fait plaisir à tout plein de gens : à mamie, au chien, au coloc, aux poumons, et surtout aux collègues. C’est justement sur cet aspect que David Labrosse veut mettre l’accent. Ce jeune interne en santé publique a créé Qweety, une application astucieuse qui propose aux salariés de gagner des lots s’ils parviennent à arrêter de fumer. Sauf que si on les chope en train de s’en griller une, leurs gains disparaissent instantanément. Diabolique. 

Le tabac c’est tabou...

L’aventure de Qweety a commencé par un constat à la fois simple et fascinant. « Nous avons réalisé des enquêtes dans les entreprises », explique David. « À l’oral, les gens vivent très bien leur rapport à la cigarette. En revanche, les réponses aux questionnaires anonymes révèlent des jalousies, ou un certain malaise vis-à-vis des temps pris par chacun pour leur pause clope. »

Un malaise qui, selon le fondateur de Qweety, pourrait être clairement atténué si une dynamique de groupe s’instaurait au sein des équipes pour arrêter ensemble la cigarette. « Aujourd’hui on ne prend pas soin de sa santé pour prendre soin de sa santé », précise David. « Il faut qu’il y ait un intérêt à la faire. Si il est ludique, c’est encore mieux. »

…on en viendra tous à bout

Le principe sur lequel repose Qweety est un brin sophistiqué. L’entreprise décide d’allouer une somme définie dans un programme de récompenses comme des chèques-cadeaux ou des lots physiques. Les salariés s’incitent ensuite les uns les autres à arrêter de fumer en se lançant des défis pendant une durée déterminée. Et malheur à celui qui serait surpris la clope au bec alors qu'il avait parié qu'il parviendrait à s'abstenir : il sera impitoyablement dénoncé par ses petits camarades.

Et quand la période des paris arrive à sa fin, tout le monde fait les comptes et récupère ses gains. L’entreprise peut également choisir de récompenser l’ensemble de ses employés en améliorant leur espace de travail : une nouvelle machine à café, ou pourquoi pas, des hamacs ! 

Mise en place VIP

Le dispositif, encore à l’état de bêta-test, devrait être mis officiellement sur le marché en novembre lors du World Cancer Congress à Paris. « Nous avons un stand avec le CHU La Réunion pour présenter aux participants du congrès notre concept », s’enthousiasme David. Une mise en place VIP qui, espère-t-il, donnera un écho au projet. 

Novembre sera d’ailleurs une période faste puisque la toute jeune startup a mis en place un partenariat avec trois lycées agricoles de la région Centre-Val-de-Loire. En tout, ce ne sont pas moins de 1700 étudiants qui devraient tester le concept de sevrage contre des gains jusqu’en juin 2017. 

Aujourd’hui l’école, demain le monde, et puis peut être aussi quelques hôpitaux. Quand même. 

Source: 

Johana Hallmann

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Améliorer la santé des patients en faisant travailler les médecins de manière collaborative, c’est l’objectif de 360 medics, plateforme multisupport...
Les visites à domicile font leur révolution

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.