Propos du Pr Maury : le coup de gueule du Dr Idris Amrouche

Au Sénat, le chef de file des réanimateurs a mis la confraternité dans le coma profond. Oubliant toutes les règles d’éthique, de déontologie et de rigueur scientifique. Mr Maury a honteusement attaqué ses confrères anesthésistes-réanimateurs en pleine crise sanitaire. Retour sur cet épisode dont la profession aurait pu se passer.

Le sénat comme tribune

 
Le chef des réanimateurs à la dent dure. Après avoir obtenu la création d’une nouvelle spécialité, que beaucoup jugent inutile, voici un nouveau coup de force du décrié réanimateur. Malgré des droits aux remords de plus en plus nombreux et une baisse spectaculaire dans le classement des ECNi, la MIR n’avait pas besoin de cette sortie pour son image. C’est au Sénat que monsieur Maury a exposé une étude pour le moins fallacieuse. Sans chiffres, monocentrique, avec des sources pour le moins douteuses, il expose sans vergogne une possible augmentation de la mortalité dans la gestion des patients Covid par les anesthésistes-réanimateurs. Scientifiquement, cette étude ne vaut rien, ce qui rend l’argumentaire encore plus dangereux et expose donc de facto le médecin à une sanction ordinale.
 

Anesth donc réa 

 
Est-il nécessaire de rappeler que les anesthésistes-réanimateurs ont été les fers de lance de cette lutte contre la Covid ? Fort de leur nombre et de leur polyvalence, les anesthésistes-réanimateurs ont su s’adapter, gérer les réanimations et créer des lits de réanimation quand cela a été nécessaire. Nous avions rappelé il y a quelques mois, le mérite qu’avait les centaines d’internes d’anesthésie-réanimation qui ont été mobilisés pour soutenir leurs aînés. Faut-il le rappeler ? 80 % des médecins ayant pris en charge des patients Covid étaient des anesthésistes-réanimateurs.
 

Pas tous dans le même panier

 
Malgré les difficultés pour la spécialité MIR à recruter et l’utilisation honteuse d’une crise sanitaire pour justifier son existence par monsieur Maury, les services de réanimation continuent de travailler main dans la main dans la grande majorité des hôpitaux français. Ce qui a permis au plus fort de la crise de répondre aux attentes sanitaires des Français et de faire face aujourd’hui à une recrudescence de l’épidémie.
 
Suite à la triste image qu’ont donnée les médecins dans les médias, s'écharpant par émissions de télé interposées, il est triste de voir que ce médecin oublie l’unité qui fait la profession, en s’exposant ainsi devant des élus et donc devant les Français. En espérant que la réanimation médicale ne souffre pas un peu plus en termes d'image, nous devons rester tous solidaires devant la charge de travail qui nous attend. La santé des Français doit être notre priorité, avant toutes considérations personnelles et opportunistes.
 

Portrait de Idris Amrouche

Vous aimerez aussi

Psychiatres, psychologues, orthophonistes, éducateurs... Quelques centaines de professionnels ont manifesté jeudi devant le ministère de la Santé à...

Olivier Véran a annoncé au Sénat qu'un supplément d'1,7 milliard d'euros devait être alloué à l'assurance maladie en 2021. 

De la longue grève des urgences à la dernière polémique sur les lits fermés, l'hôpital public vit depuis trois ans en état de crise permanente que...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.