« Pendant mes études, on m’a dit de ne pas acheter de livres, car la connaissance va trop vite, j’ai pensé à créer le Google du médecin »

Article Article

Utilisée par 600 000 soignants essentiellement en France et en Espagne, PulseLife se veut être le « Google des soignants ». Créée par Grégoire Pigné, médecin oncologue radiothérapeute, cette plateforme entend résoudre les problèmes d’hypercroissance des connaissances médicales.

 

« Pendant mes études, on m’a dit de ne pas acheter de livres, car la connaissance va trop vite, j’ai pensé à créer le Google du médecin »

Grégoire Pigné, co-fondateur de PulseLife. 

L’aventure commence pendant l’internat de Grégoire Pigné « j’ai demandé quels livres fallait-il que j’apprenne pour ma spécialité. On m’a répondu, n’achète pas de bouquins, ce sera faux à la fin de ton internat. » se souvient-il.

L’étudiant, à l’époque, réalise alors à quel point l’hypercroissance des connaissances médicales s’est développée : « en 2010 les connaissances étaient multipliées par 2 tous les 3 ans, alors qu’en 1950 les connaissances médicales était multipliées par 2 tous les 50 ans. En 2020 les connaissances médicales sont multipliées par 2 tous les 2 mois et demi » explique-t-il. Une cadence qui ne permet pas au médecin de pouvoir tenir à jour ses connaissances. À titre d’exemple pour s’informer sur les publications parues lors du Covid, il faudrait 3 ans sans manger, ni dormir, ni recevoir de patient pour être à jour. Une difficulté renforcée par un manque criant de temps médical dû au contexte de « crise chronique du système de santé, de pénuries des soignants, de vieillissement de la population et d’augmentation du nombre de patients ».

C’est alors que PulseLife, anciennement 360Medics, entre dans la danse : « Le Google des soignants ». « Quand un soignant cherche une information, il va sur google, mais l’information est difficilement exploitable car peu fiable et la recherche fait finalement perdre beaucoup de temps ».

Autre possibilité de PulseLife, télécharger dans son store une des 200 applications fruits de 45 partenariats scientifiques

PulseLife se présente comme un moteur de recherche, il suffit de poser sa question. Grâce à une IA dite « générative et explicable », le moteur de recherche trouve la meilleure réponse à la question posée en s’appuyant même sur les sources anglophones. « C’est très utile lors d’une consultation. Par exemple, si un médecin généraliste reçoit un patient avec un pic d’immunoglobuline, grâce à l’algorithme de PulseLife, il peut savoir s’il doit l’envoyer chez un hématologue ou pas. Les soignants peuvent aussi trouver le score G8 actualisé par la société savante d’oncogériatrie ». 

 PulseLife offre un accès à  200 applications fruits de 45 partenariats scientifiques, toutes réalisés par les sociétés savantes des spécialités. Par exemple, « Le collège de gynécologie obstétrique a développé une application qui permet de connaître la prise en charge du patient avec frotti HPV selon son âge ».

Un fil de contenu comme Facebook permet d’actualiser ses connaissances dans sa spécialité. « L’IA permet d’analyser l’utilisateur et lui donne les contenus les plus pertinents pour sa pratique personnelle. »

https://www.whatsupdoc-lemag.fr/article/nous-avons-cree-une-appli-pour-diminuer-le-nombre-des-annulations-doperations-de-derniere

Enfin il est possible de voir toutes les informations sur les médicaments, comme sur le Vidal, mais en plus gratuitement.

Deux levées de fonds en 2017 et 2021 on permit à PulseLife de se développer ces dernières années et le groupe entend bien conquérir l’Europe.

0 commentaires (s)

Les gros dossiers

+ De gros dossiers