OMS : le burn-out, maladie ou pas maladie ?

Petit quiproquo au sommet de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), où les porte-parole ne semblent plus trop savoir comment caser le burn-out dans la classification internationale des maladies. Il n’a été considéré comme maladie que 24 heures…

Les membres de l’OMS seraient-ils surmenés ? Le 27 mai, l’AFP relayait les affirmations de l’un des porte-parole de l’organisation, Tarik Jasarevic, qui déclarait que le burn-out avait fait son entrée dans le CIM-11, la dernière version de la classification internationale des maladies. Celle-ci vient d’être entérinée lors de la 72e Assemblée mondiale de la santé. La déclaration qui n’aura tenu qu’un jour.
 
Le 26 mai, l’OMS a fait marche arrière. Elle rectifie l’annonce en précisant que le burn-out n’est pas reconnu comme une maladie, mais qu’il fait désormais partie des « phénomènes liés au travail », et qu’il sort donc de la catégorie « facteur influençant l’état de santé ». « L’inclusion dans ce chapitre signifie précisément que le burn-out n’est pas conceptualisé comme une condition médicale », ajoute l’OMS. Raté.

L’OMS tire à blanc ?

Ce changement de statut représente néanmoins une avancée dans la reconnaissance du phénomène. Il arpente le chemin tortueux de la reconnaissance des maladies, comme l’avait fait la fibromyalgie avant lui. Cette annonce reste donc un pas important sur cette voie. Les stratégies de santé publique des pays sont en effet souvent calquées sur les décisions de l’OMS. La décision pourrait infléchir les politiques tant sur le volet médical que sur la recherche.
 
Le burn-out est désormais un « syndrome résultant d’un stress chronique au travail qui n’a pas été géré avec succès ». L’OMS précise en revanche que le concept de burn-out ne peut être utilisé « pour décrire des expériences dans d’autres domaines de la vie », et doit donc rester confiné au milieu du travail.
 
Autre pathologie sous le feu des projecteurs : l’addiction aux jeux vidéo. Elle fait désormais partie de la section de l’OMS sur les troubles de la dépendance. Comme la nouvelle définition du burn-out, celle-ci entrera officiellement en vigueur le 1er janvier 2022…
 

Portrait de Jonathan Herchkovitch

Vous aimerez aussi

Le retour des politiques d’abstinence
... Et l’élection américaine
Il n’y a pas que Clinton et Trump dans la vie

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.