Meedlink, les remplacements à portée de clics

Dates, spé, département. La plateforme Meedlink propose de trouver chaussure à son pied en termes de remplacement. Le tout, en quelques clics seulement et gratuitement aussi bien pour l'annonceur que l'utilisateur. Entretien avec Thomas Gouttenegre, son fondateur.

Remplaçant, il n’est pas simple de trouver un contrat qui correspond parfaitement à ses attentes. Soit la date ne fonctionne pas, soit c’est beaucoup trop loin. Bref, la perle rare est difficile à trouver.  

Pour y remédier, Thomas Gouttenegre a créé Meedlink, une plateforme entièrement gratuite de dépôt d’annonce, où l’on peut directement rentrer, de manière simple, ses critères de recherche. « Pendant mes années de remplacements, il était très difficile de trouver une annonce avec la bonne spé mais aussi à proximité et sur des dates qui me correspondaient. Je suis parti de ce besoin, que les sites d’annonces existant ne comblaient pas. Par ailleurs, sur les plateformes existantes, le dépôt d'annonce est le plus souvent payant », se rappelle cet anesthésiste-réanimateur en service de chirurgie cardiaque à Bordeaux

Face à ce constat, ce passionné de technologies n’hésite pas à tremper les mains dans le code. « J’avais développé un annuaire non officiel pour le CHU de Bordeaux pour recenser des contacts utiles. Je me suis dit autant continuer sur les annonces de rempla, et c’est comme ça que j’ai commencé à travailler sur la plateforme Meedlink, sur mon temps libre » ;

« Le but est d’améliorer le matching entre remplaçants et médecins voulant être remplacés. Devenir une sorte de Le bon coin du rempla ! », ajoute Thomas Gouttenegre.

Meedlink, comment ça marche ?

« Il y a seulement quelques champs très simples à remplir. On peut gérer la candidature en ligne directement, l’auteur de l’annonce la reçoit, il peut décider de poser des questions ou la valider directement. Les candidats potentiels peuvent également activer une alerte mail, il suffit de mettre leurs critères :  spé, localisation, dates pour recevoir les annonces correspondantes », explique Thomas Gouttenegre.

« Toutes les spés sont disponibles sur le site, ensuite pour l’hyperspécialisation, il y a un descriptif dans l’annonce à mettre, si un centre recherche un profil, il le détaille dans le texte, détailler les compétences requises. Il faut également rentrer les dates, le lieu et la rémunération ou rétrocession, ou encore si les frais de logement et transports sont pris en charge ». 

Il est également possible de joindre d'emblée un CV et sa licence de remplacement ou attestation d’inscription à l’Ordre. Mais cet envoi est facultatif à ce stade, afin d'éviter de ralentir « ceux qui n'ont pas les docs sous la main».

Les mots d’ordre qui étaient clé pour lui : simplicité et rapidité. « Il n’y a pas d’intermédiaire pour la prise de contact, on va droit au but. Les fonctionnalités sont simples, le processus est rapide ».

© Meedlink 

A qui ça s’adresse ?

« Aux internes en médecine titulaires d’une licence de remplacement et tout médecin qui peut en effectuer. Du côté des annonceurs, ce sont principalement des médecins libéraux qui souhaitent être remplacés pendant des congés, congés mat, toutes spés confondues. Mais les établissements publics ou privés peuvent aussi en poster. Pour le moment nous recevons majoritairement des annonces en médecine générale mais aussi en anesthésie, pédiatrie, les spés les plus déficitaires ! »

En tant qu’anesthésiste, Thomas Gouttenegre est conscient de la pénurie dans les hôpitaux et cliniques. Mais c’est aussi son expérience du remplacement qui lui a été utile dans cette aventure. « Je sais ce que j’attends d’une annonce, les renseignements, où, quand, combien ce sera payé et le besoin d’avoir un canal de communication facile avec la personne qui a publié l’annonce sont des éléments essentiels à centraliser ».

Et pour la suite ? « Bientôt, Meedlink ne sera plus uniquement un site d’annonces de remplacement, j’ambitionne aussi d’en faire un site pour les installations, collaborations, cessions de patientèle et recrutements à long terme pour les hôpitaux. Ce sera le même principe d’annonce mais sans date de fin. Il sera possible de trier directement les annonces en fonction de la recherche ».

Alors si vous cherchez un remplacement et que vous voulez tester Meedlink, c’est par ici.

Portrait de Constance Maria

Vous aimerez aussi

Et si les données personnelles pouvaient nous aider à mieux lutter contre les futures crises ? C’est la conviction de la délégation sénatoriale à la...

Ce mardi 1er juin, la plateforme Euros for docs a été inaugurée. L’idée ? Recenser les liens financiers partagés par l’industrie pharmaceutique et...

On ne le répètera jamais assez, les données de santé sont plus que convoitées et les structures de santé sont dans le viseur des cyberpirates depuis...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.