Médecin et startupper : le temps des ajustements

What’s up Doc a décidé de suivre quatre jeunes médecins sur la route du développement d’applis e-santé. Nous les avions laissés en train de définir les grandes lignes de leur projet (WUD#25), et pensions les retrouver en pleine recherche de fonds. Hélas, les projets e-santé passent par de multiples détours, et nos startuppers en sont encore, pour la plupart, aux préliminaires.


Henri à l’école de la patience

Henri travaille sur un outil de compagnonnage numérique pour les étudiants en médecine. Il souhaite développer une appli qui sonnerait à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit pour leur présenter des cas cliniques. « C’est l’hôpital dans ta poche », résume-t-il. Ce jeune gastroentérologue universitaire veut absolument mener ce projet avec sa fac, ce qui complique un peu les choses. « Je suis en train d’essayer de faire fonctionner ensemble deux univers qui ne vont pas à la même vitesse », regrette-t-il. Henri a présenté le projet au conseil pédagogique de la fac. « La majorité des personnes sont enthousiastes, et il y a quelques sceptiques », explique-t-il. Principales inquiétudes : la responsabilité financière du projet. « La grande question qu’ils se posent, c’est : "s’il y a une levée de fonds, où atterrissent les sous ?"… » Malgré ses tracas administratifs Henri reste optimiste… et patient : « L’idée est bonne, on va peut-être prendre notre temps, mais on y arrivera ».

Guillaume : reset

Guillaume, généraliste nordiste, est lui aussi passé par quelques chemins de traverse. Sa première idée, une appli utilisable dans le cadre des premiers secours pour venir en aide aux victimes, était déjà développée par une autre start-up. Il bosse donc désormais sur un deuxième projet : la dématérialisation des ordonnances. L’idée est ambitieuse : au lieu de se voir confier une ordonnance papier par son médecin, le patient la recevrait sur son smartphone et irait chercher ses médicaments dans une pharmacie partenaire. Guillaume est donc reparti à zéro. « J’ai fait une petite étude dans ma région », raconte-t-il. « Je suis allé voir les professionnels de santé et ils sont tous assez partants ». Le coût du développement de la première version de l’appli a été chiffré, et il reste à faire le plus dur : le développement et la communication. « Nous, les médecins, sommes généralement assez mauvais pour cela, nous ne sommes pas formés à la communication grand public », constate Guillaume. « Il va falloir que j’aie un peu de soutien. »

Amir et romain passent la cinquième

Des questions qui ne tourmentent pas Amir et Romain, deux internes qui sont en train de développer MedicEasy. Leur idée ? Une appli d’aide à la préparation de la consultation notamment fondée sur des outils d’auto questionnaire. Comme Henri et Guillaume, ils travaillaient avec le programme HealthShapr, qui aide les porteurs de projets pendant la phase de développement. Mais ils ont décidé de voler de leurs propres ailes. « On a envie de mettre davantage la main à la pâte, alors que HealthShapr propose un service clés en main », explique Romain. Les deux internes désirent notamment se servir de leurs connaissances en informatique et mobiliser leur réseau personnel pour le financement. Résultat : MedicEasy avance à vitesse grand V, et Romain espère qu’une première version sera en ligne sur les stores d’ici l’été. « On a quasiment fini la maquette », annonce Romain, « et on a déjà commencéà travailler avec un développeur auquel on peut faire des remarques très précises sur la manière dont doit être conçue l’appli ».

Moralité

Attendre qu’un partenaire se mette en route, reprendre depuis le début ou changer son fusil d’épaule, le développement des projets e-santé est tout sauf un long fleuve tranquille !

A lire aussi : notre interview du Dr Juan Sebastián Suárez Valencia, président de la commission R&D de France Ehealth tech, une association qui regroupe les entreprises françaises de la e-santé. Et pour lire le premier épisode de notre série sur les jeunes médecins développeurs d'appli, c'est par ici.

Portrait de Adrien Renaud
article du WUD 26

Vous aimerez aussi

Agnès Buzyn et Nicolas Revel ont couvé ce 6 novembre la naissance tant attendue du Dossier médical partagé. Il devrait rapidement se développer, pour...

La téléconsultation, nouvel eldorado des start-up numériques ? De nombreuses plateformes en ligne proposent de décliner cette nouvelle forme de...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.