L’étude du Lancet est une « une espèce de fantaisie complètement délirante » pour le Pr Raoult

Réagissant à une étude publiée dans la revue médicale The Lancet le 22 mai, qui établit que plus de 8% des patients traités contre le Covid19 avec de l'hydroxycxhloroquine et un macrolide ont développé une arythmie cardiaque, sans pour autant que ce traitement ait démontré un quelconque bénéfice contre le Covid19, le professeur Raoult a publié une nouvelle vidéo où il s'en prend avec virulence aux auteurs de cette étude. 

Persiste et signe : ce n'est pas une nouvelle étude publiée dans la revue The Lancet qui va faire changer d'avis le professeur Didier Raoult, sur les bienfaits du traitement du covid19 par l'hydroxychloroquine et l'azithromycine. Bien au contraire. Dans une nouvelle vidéo mise en ligne ce matin, le directeur général de l'IHU Méditerranée s'en prend violemment à cette étude. Il rappelle dans un premier temps que son étude, à lui, qui a inclus "3600 patients avec 0,5% de taux de mortalité, a la plus basse mortalité au monde. Je sais pas si l’hydroxychlroquine tue mais ici elle sauve beaucoup de gens". Et d'ajouter : "On a fait 130 000 tests de diagnostic par PCR chez 50 000 patients on a fait le diagnostic de 5000 cas, nous avons fait notre travail."

Au sujet de l'étude de The Lancet, qui semble démontrer que le risque d'arythmie cardiaque pourrait être accru de 400 % chez les patients recevant la combinaison hydroxychloroquine avec un antibiotique, le Pr Raoult affirme ne pas changer d'avis sur son traitement : "Vous ne croyez pas que je vais changer (d'avis) parce qu’il y a des gens qui font du big data, ce qui est une espèce de fantaisie complètement délirante, qui prend des données dont on ne connait pas la qualité, qui mélange tout, qui mélange des traitrements dont on ne sait pas la dose que l’on a donné."

 

"Dérive des journaux"

Comme pour expliquer ces données, qu'il qualifie de foireuse, le Pr Raoult dénonce une dérive de la presse médicale : "Il faut se poser la question de savoir s’il existe une dérive des journaux de la recherche médicale, ce que je crois, comparable à ce que l’on a vu dans la dérive des médias généralistes, dans lequel la réalité tangible, le vrai monde, est tordue d’une telle manière qu’à la fin ce qui est rapporté n’a plus rien à voir avec la réalité observable." Et d'ajouter : "Rien ne va effacer, sinon le gâtisme l’alzheimer, ce que j’ai vu de mes yeux. Ce qui se publie dans la littérature est complètement déraisonnable."

Le Professeur marseillais dénonce aussi à mots couverts une étude orientée pour privilégier le traitement par des molécules beaucoup plus chères que l'hydroxychloroquine, qu'il s'agisse du Remdesevir ou du Tocilizumab : "Je connais très bien l’hydroxychloroquine, d’ailleurs les rhumatologues l’utilisent couramment, peut-être qu’ils n’auront plus le droit d’ailleurs, peut-être qu’ils vont le remplacer par un autre médicament, le tocilizumab, qui coûte 20 à 50 fois plus cher ? C’est une vraie question : faut-il détruire tous les vieux médicaments qui marchent depuis des décennies pour les remplacer par de nouveaux médicaments qui ne sont pas plus utiles, et qui coûtent un prix fou ?"

"Foireuse" ou pas, la publication de cette étude dans The Lancet a poussé le ministre de la Santé Olivier Véran à demander au Haut conseil de santé publique (HCSP) une réévaluation des règles dérogatoires de prescription de l'hydroxychloroquine : 

 

Pour rappel, Olivier Véran avait publié un décret qui autorisait en milieu hospitalier et pour les cas les plus sévères la prescription d'hydroxychloroquine. Le 23 mars dernier, Olivier Véran en faisait l'annonce. Mais les conditions de prescription telles qu'elle avaient été décidée par le ministre de la Santé avaient été décriées par le professeur Raoult, qui recommandait pour sa part la prescription d'hydroxychloroquine associée ou non à l'azithromycine dans les formes peu sévères.

Portrait de Jean-Bernard Gervais

Vous aimerez aussi

Un article de la proposition de loi sur les violences conjugales divise, jusque dans les rangs des médecins.
La ministre de la Santé a refusé d’accorder une "prime canicule" au personnel des urgences, comme le demande le syndicat FO des services publics et...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.