L’État fait son OPA sur la stratégie numérique de santé 

Tout est prévu sur trois ans en matière de e-santé.
Tout est prévu sur trois ans en matière de e-santé.

Entre 2019 et 2022, le ministère de la Santé va déployer sa feuille de route du numérique en santé. Gouvernance, interopérabilité, plateformes numériques sont au programme. Mais pas que. 

Attendue par de nombreux acteurs dans le domaine de la e-santé, la feuille de route du numérique en santé a été présentée ce matin dans un lieu emblématique : l’espace Boucicaut, un ancien établissement de santé reconverti en pépinière  pour startup… C’est tout un aéropage, réuni autour de la ministre de la Santé Agnès Buzyn, qui était là présent pour assister à la naissance d’un véritable plan stratégique sur trois ans : outre Agnès Buzyn étaient à la tribune Cédric O, secrétaire d’Etat chargé du numérique, Nicolas Revel, directeur général de l'assurance maladie, Dominique Pon et Laura Létourneau, nouveaux délégués ministériels du numérique en santé, des membres de la DGOS, de l’Asip santé… Loin d’être anecdotique, cette multiplicité des acteurs concernés témoigne du sémillant mille-feuilles du numérique en santé.

Nouvelle gouvernance

Il fallait y mettre un peu d’ordre et c’est le premier pilier de cette feuille de route, qui en comporte en tout et pour tout cinq : mettre sur pied une nouvelle gouvernance en e-santé. L’État prend la main et le ministère de la santé s’adjoint deux responsable et déléguée ministériels du numérique en santé, à savoir respectivement Dominique Pon et Laura Létourneau, par ailleurs rédacteurs de la feuille de route. Parallèlement, l’Asip santé fait peau neuve et devient l’agence du numérique en santé (ANS), chargée de la mise en œuvre opérationnelle du numérique en santé. Il est aussi question de ressusciter le conseil du numérique en santé, pour débattre avec tous les acteurs concernés des politiques mises en œuvre. 
Deuxième pilier : l’interopérabilité des systèmes d’information en santé. Car si les SI ne communiquent pas entre eux, une stratégie en e-santé est nulle et non avenue. À ce titre, il est surtout envisagé de généraliser les identifiants en santé, pour les professionnels, et les patients. Mais aussi de rendre opposables des référentiels d’interopérabilité, et de déployer un service national de cyber-surveillance. 

DMP, messageries, e-prescription, et services numériques

Pour ce qui est des contenus, et c’est le troisième pilier de cette stratégie numérique en santé, quatre services vont être développés : le DMP, les messageries sécurisées, la e-prescription et les services numériques territoriaux de coordination des parcours. Quatrième point, au niveau national, les plateformes numériques de santé seront choyées. Pour les citoyens, tel que l’a prévu la loi de transformation du système de santé, l’espace numérique de santé sera mis en place. Il s’agit pour chacun des citoyens français d’accéder à l’ensemble des services de santé, dont le DMP, dans un seul hub sécurisé. Les professionnels de santé auront accès pour leur part à une plateforme de bouquets de services communicants. Pour ce qui est des données de santé, et de l’exploitation d’un big data en santé, le health data hub a été prévu à cet effet. 

La feuille de route prévoit également un soutien des pouvoirs publics à l’innovation et au secteur privé. Le programe HOP’EN soutiendra le développement des systèmes d’information hospitaliers, et le pendant sera mis en place pour les établissements sociaux et médico-sociaux. En direction des start-up, un lab e-santé permettra d’aiguiller les acteurs privés dans l’ensemble des dispositifs existants. Si la feuille de route parait exhaustive, rien, en revanche, n'a été dévoilé sur les moyens mis en œuvre pour la déployer.

 

Le calendrier 

2019 : expérimentation de la e-prescription de médicaments en ville
2019 : appel à projet pour le health data hub
Décembre 2019 : création de la délégation ministérielle du numérique en santé (DNS)
Décembre 2019 : transformation de l'Asip santé en ANS
Décembre 2019 : publication du schéma d'urbanisation 
Troisième trimestre 2019 : expérimentation de l'application carte vitale
2020 : expérimentation de la dématérialisation de la carte CPS
2020 : phase pilote du déploiement de l'identifiant national de santé
2020 : identification d'un socle minimal opposable de référentiels d'interopérabilité 
2020 : mise en place d'un service national de cyber-surveillance
2021 : création automatique des DMP pour les nouveau-nés
2022 : ouverture de l'espace numérique de santé 
2022 : ouverture du bouquet de services numériques pour les professionnels de santé

Portrait de Jean-Bernard Gervais

Vous aimerez aussi

On le saura vite, dit la DGOS
Cécile Courrèges, directrice générale de l’offre de soins, a indiqué jeudi dernier lors des journées nationales du Syncass-CFDT, que la décision sur...
Encore un sondage, commandé par la FHF, qui devrait faire froid dans le dos des médecins : une écrasante majorité de Français se prononce pour les...
Depuis dix ans, la Fédération française des maisons et pôles de santé (FFMPS) promeut l’exercice pluriprofessionnel coordonné en soins primaires....

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.