Les candidats se lâchent sur les promesses pour l’hôpital et la santé

Avec la crise sanitaire qui a mis en évidence les besoins des hôpitaux et les difficultés pour nombre de Français d'accéder à un médecin, les candidats à l'Elysée fourmillent d'idées pour remettre d'aplomb le secteur de la santé. En voici cinq !

Adieu à l'hôpital-entreprise (La gauche)

A gauche, c'est la gestion elle-même des hôpitaux qui est remise en cause par les candidats. Christiane Taubira souhaite ainsi "sortir l’hôpital public de la tyrannie comptable de la tarification à l'activité". Pour y parvenir, elle entend notamment recruter "100.000 soignantes et soignants et les rémunérer correctement, dignement, à la hauteur des meilleurs de nos partenaires européens", afin de soulager le personnel des hôpitaux fortement éprouvé par la crise sanitaire.

Sa rivale à gauche, la PS Anne Hidalgo, veut, elle aussi, "tourner la page de l’hôpital-entreprise". Elle prévoit également de recruter massivement et promet de mettre sur pied "une conférence sur les salaires avec les organisations patronales et syndicales".

Au-delà de la gauche, l'ensemble des candidats à l'Elysée proposent de recruter. Mais le chef de l'Etat élu en avril devra aussi trouver le moyen de financer ces mesures, la facture du "Ségur", financée à crédit, ne laissant pas beaucoup de marge de manœuvre budgétaire.

Des hôpitaux de proximité (Roussel et Mélenchon)

S'il était élu président le 24 avril prochain, le communiste Fabien Roussel entend lutter contre les déserts médicaux en construisant un hôpital public de proximité à moins de 30 minutes de chaque bassin de vie. Le candidat, qui présente la santé comme "un bien commun", prévoit que ces hôpitaux disposent d’une maternité, d'un service d'urgence et de chirurgie.

Dans le même esprit, le LFI Jean-Luc Mélenchon propose un service d'urgence hospitalière, un EHPAD et une maternité à moins de 30 minutes de chaque Français.

"Docteur junior" à la campagne (Pécresse)

Pour lutter contre les déserts médicaux, où les généralistes font défaut, la candidate LR Valérie Pécresse souhaite puiser dans le vivier des étudiants en médecine. "Je proposerai à 4.000 étudiants en médecine générale une année de « docteur junior » pour qu’ils viennent exercer dans les territoires sous-dotés".

Elle souhaite aller ainsi plus loin que la suppression du numérus clausus adoptée par le président sortant Emmanuel Macron, qui n'a pas encore officialisé sa candidature. Cette mesure, votée en 2019 et mise en œuvre en 2021 par le gouvernement, laisse les universités fixer elles-mêmes leurs capacités d'accueil et ses résultats ne devraient être visibles que dans plusieurs années, lorsque les nouveaux étudiants de 2021 seront diplômés.

Embauches d'urgence de médecins (Zemmour)

Le polémiste d'extrême-droite Eric Zemmour entend lutter contre les déserts médicaux grâce à "l'embauche en urgence" par l'Etat de 1.000 médecins salariés, envoyés dans ces territoires. Pour y parvenir, il cite régulièrement en exemple le département de Saône-et-Loire qui a salarié des médecins dans ses centres de santé. Il défend aussi des services d'urgence de proximité.

Suppression des ARS (Le Pen et Zemmour)

Les Agences régionales de santé (ARS) dont l'action lors du premier confinement avait été fortement critiquées par les élus locaux, se retrouvent malgré elles dans le programme des deux candidats d'extrême droite. Marine Le Pen veut les supprimer et confier leur mission aux préfets de région. Eric Zemmour compte également supprimer les ARS, car il trouve qu'on a "technocratisé la gestion de la médecine". D'une manière générale, la débureaucratisation du secteur de la santé revient chez de nombreux candidats.

Et aussi... des expropriations

A l'extrême gauche, le candidat du NPA Philippe Poutou, veut "exproprier les grands groupes de l’industrie pharmaceutique" afin de "nous réapproprier les outils de production, sans indemnité ni rachat".

Avec AFP

Portrait de La rédac'

Vous aimerez aussi

Rebecca Gomperts, médecin néerlandaise de 55 ans, est engagée depuis des années pour l'accès à l'avortement partout dans le monde.

Pénurie lait maternisé

"Terrifiant", "frustrant". C'est une situation de stress inimaginable pour de nombreux parents américains : les Etats-Unis connaissent une situation...

Mère porteuses ukrainiennes
Par JIM

Une poignée de mères porteuses ukrainiennes ont accouché en France ces dernières semaines, alors que la GPA est toujours interdite dans notre pays.

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.