Le stage d'une externe non validé... pour cause d'arrêt maladie !

Une externe, en arrêt maladie pour cause d'anémie, s'est fait "allumer" par son chef de service, qui refuse de lui valider son stage. Elle a fait un recours. 

L’histoire sort de l’ordinaire et révolte, même. Dans un tweet récent, une externe francilienne (que nous appellerons Nathalie), explique :

« J’ai une anémie aiguë a 8g/dL, absente 3 semaines en stage. Ce matin mon chef de service m’engueule au milieu du couloir « quand on est malade on fait pas médecine » et on s’étonne que les étudiants se défenestre a tour de bras ? » Contacté par WUD, cette externe en Ile-de-France, en fin de cinquième année, qui a préféré garder l’anonymat pour des raisons évidentes, témoigne : « Début mai, j’ai voulu commencer mon stage mais un chirurgien m’a dit qu’en période de Covid19, il n’avait pas besoin de moi. Pendant cinq semaines, ils ne m'ont pas contacté pour mon stage. » Ce n’est que le 2 juin, en plein partiel, que Nathalie est rappelée in extremis par son service. Elle a dû décliner pour cause d’exam. « Ils m’ont rappelé le 11 juin, mais là j’étais malade. » Pendant trois semaines, elle n’a donc pas pu se rendre sur son terrain de stage. « Je comprends tout à fait que la validation de mon stage pose problème. C’est pour cela que j’ai pris rendez-vous avec mon maitre de stage pour que l’on trouve une solution. »

"Démonter la tronche"

Ce 25 juin, Nathalie rencontre sur son lieu de stage de service et rien ne se passe comme prévu : « Je me suis fait démonter la tronche au milieu du couloir, devant tout le service ! C’est à ce moment qu’il m’a dit que lorsqu’on est malade, on ne fait pas médecine ! Alors que lui-même revenait de 6 semaines d’arrêt maladie, et qu’il n’a pas pris la peine de constater que je suis resté sans nouvelles du service pendant 5 semaines ! » Résultat, son chef de service refuse de valider son stage et il n’y a pas de possibilité de le repasser. Nathalie craint un redoublement et a contacté la cellule d’orientation de suivi et d’insertion (Cosi) de sa fac. Elle a également pris rendez-vous avec le responsable des stages. « Je vais faire appel de cette décision et j’ai bon espoir d’avoir gain de cause. Si ce n’est pas le cas, je ferai appel auprès du vice-doyen et du doyen. » Que retire-t-elle de cette expérience ? « J’ai la chance d’être une personne solide mais j’imagine fort bien que l’on puisse craquer confronté à pareille situation. »

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

L’Université Paris Descartes ouvre en septembre 2019 un nouveau diplôme universitaire (DU) "Intelligence artificielle appliquée en santé". Cette...

Selon une première enquête de l'Observatoire des violences sexistes et sexuelles dans l’enseignement supérieur, 4% des étudiantes auraient déjà été...
L’indemnité forfaitaire accordée aux étudiants dont le terrain de service sanitaire est à plus de 15 km du lieu de formation ne convient pas. L’Anemf...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.