Le médecin inspecteur du Grand Est reconnu coupable d’agressions sexuelles

Il avait pris la fâcheuse habitude de palper les seins ou les testicules de manière systématiques, lors de visites médicales, de policiers et policières. 

Il avait fait appel de sa condamnation en novembre dernier, mais il aurait mieux valu qu’il s’abstienne : le médecin inspecteur de la police du Grand Est a vu sa peine de prison de un an avec sursis et son interdiction d’exercer confirmés par la Cour d’appel de Reims. Le médecin Christian Frey était poursuivi par sept jeunes policières et deux policiers  qui l’accusaient d’agressions sexuelles. La Cour d’appel n’a pas retenu les griefs des deux policiers et n’a retenu que les plaintes des 7 policières. La justice a par ailleurs reconnu le préjudice moral à hauteur de 1500 euros par policière. Ce médecin de 64 ans avait été condamné en premiere instance par le tribunal correctionnel de Reims pour avoir pratiqué, par surprise, des palpations des seins et des testicules, lors de visites médicales d’aptitude. Lire la suite ici. 

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Dans un courrier adressé à la Fehap, le ministre des solidarités et de la Santé Olivier Véran certifie que les professionnels de santé du secteur...
Policiers en tenue de maintien de l’ordre
Près de 60 000 soignants réclament un moratoire sur l’utilisation des lanceurs de balle de défense et autres grenades lacrymogènes contre les gilets...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.