Le drone, futur couteau suisse médical

Google veut développer une flotte de drones-ambulances

On connaissait le drone pour livrer des médicaments développé par Amazon, le drone pour éradiquer le palu concocté par Microsoft… C’est maintenant au tour d’un troisième géant du web d’allier santé et objets volants télécommandés : Google a en effet déposé le mois dernier un brevet intitulé « fournir des services médicaux d’urgence en utilisant des véhicules aériens sans pilote ».

C’est en réalité toute une armada de drone-ambulances que l’entreprise de Mountain View voudrait construire. Le système qu’elle envisage de développer doit être capable d’identifier une situation où ses services sont nécessaires, de l’analyser, de sélectionner un drone dans la flotte pouvant répondre à cette situation, et de l’envoyer sur place pour porter assistance aux personnes en situation d’urgence.

Pour ce qui est des véhicules aériens composant son arsenal, le géant du web voit large : « certains drones pourraient être configurés pour venir en assistance à une personne victime d’étranglement, certains drones pourraient être configurés pour venir en assistance à une personne victime de traumatisme… », dit le brevet.

Obstacles réglementaires

Concrètement, les drones pourraient apporter un défibrillateur à une victime d’arrêt cardiaque se trouvant loin de toute assistance médicale, de quoi se réhydrater aux survivants d’une catastrophe naturelle dans un endroit enclavé, des conseils via télémédecine à une personne isolée, etc.

Bien sûr, le fait qu’un brevet ait été déposé ne veut pas dire que le système verra le jour. Le projet de Google souffrira des mêmes contraintes que ceux d’Amazon ou de Microsoft : obstacles techniques, financiers... et surtout réglementaires. Dans la plupart des pays en effet, les drones doivent pour l’instant se restreindre à la pratique du vol à vue, c’est-à-dire qu’il est interdit de les utiliser quand on ne les a pas dans son champ de vision. Pas très pratique quand on veut répondre à des situations d’urgence dans des zones éloignées…

Mais les lois évoluent, et le jour n’est peut-être pas loin où le drone sera, comme le stéthoscope, un outil courant de la pratique médicale.

Source: 

Adrien Renaud

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

C'est un peu comme au cinéma !
Et si le tricordeur de Star Trek, ce petit appareil capable diagnostiquer n'importe quelle maladie, n’était plus une légende ? Et s’il était possible...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.