Lariboisière : Grève Vs Arrêt maladie

Les grévistes urgentistes de l’hôpital Lariboisière sont passés à la vitesse supérieure. Dans la nuit du 3 au 4 juin, une vingtaine de personnes de l’équipe de nuit qui devait reprendre la garde s’est mis en arrêt maladie. La grève qui touche les services d’urgence de la plupart des hôpitaux de l’AP-HP n’a jamais pris cette forme. L’équipe de jour a été contrainte d’enchaîner une garde de nuit après celle qu’il venait d’achever. 18 heures au total. 

Agnès Buzyn s’est exprimée le lendemain sur le sujet en parlant de « dévoiement de l’arrêt maladie » et d’une injustice car « cela entraîne une surcharge de travail pour les autres », mais elle reconnaît qu’il y a « une très grosse fatigue des personnels aux urgences ». Pour Christophe Prudhomme, urgentiste et délégué syndical, les urgences utilisent les moyens à leur disposition. Il ajoute que « la ministre ne peut pas rester les bras croisés, elle a une responsabilité morale, il faut qu'elle accepte de négocier ».

Portrait de Angela Herrmann

Vous aimerez aussi

Le Syndicat des Psychiatres des Hôpitaux (SPH) critique vivement les conclusions du récent rapport sur l'organisation territoriale de la santé...
L’éclairage du sociologue Frédéric Pierru
Mobilisation massive + Aucune réponse = Le combat continue

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.