Interview : pour le major Charles Meyer Arnaud, ce sera finalement la cardio

Après avoir hésité tout l'été entre plusieurs spécialités, Charles Meyer Arnaud a arrêté son choix sur la cardiologie, lors de la phase de simulation des vœux d'affectation. Il nous dit pourquoi. 

What's up Doc. La simulation des vœux, comment ça s’est passé pour vous ? 

Charles Meyer Arnaud. Pas de difficultés techniques. Sinon j’ai beaucoup hésité tout l’été. Il y avait beaucoup de stages qui m’avaient plu. 

WUD. Quelles sont les spécialités qui vous faisaient hésiter ? 

C M.A. La cardiologie, la néphrologie, l’ophtalmo, la radio, etc. D’autres m’intéressaient… En D4 on n’a pas trop le temps de se poser, de réfléchir à ce que l’on peut faire. Ce n’est pas vraiment le bon moment pour faire de l’introspection et parfois, on a tendance à se dire que l’on va rester tranquille, juste parce que l’on en a marre !!! C’est pour cela que j’ai profité de l’été pour me poser. J’ai été dans les services, j’ai consulté des gens, et finalement mon choix s’est porté sur la cardiologie. 

WUD. Pourquoi la cardiologie ? 

C M.A. La cardiologie c’était ce que je voulais faire depuis toujours. C’est une spécialité qui est très variée, elle est à la fois technique et permet de développer sa réflexion. On peut exercer en clinique, en cabinet, voire en CHU. Au niveau intellectuel c’est très intéressant, il y a des pans de la cardiologie qui sont vraiment très stimulants, donc voilà, c’est pour cela que j’ai choisi la cardiologie. L’interventionnel en cardiologie est très intéressant. 

WUD. Avez-vous ressenti de la pression pour choisir une spécialité renommée plutôt qu’une autre, en tant que major de votre promotion ? 

C M.A. Non pas du tout, enfin pas dans ce sens là. Je sais très bien que si j’avais choisi opthalmo’, les gens m’auraient fait des remarques… Mais j’ai choisi en mon âme et conscience ce qui m’intéressait le plus. Il ne faut pas tenir compte de la pression, mais choisir une spécialité dans laquelle on peut s’épanouir. 

WUD. Sur le choix de Lyon vous n’avez pas hésité ? 

C M.A. J’ai un peu hésité mais il y avait beaucoup d’avantages pour moi de rester à Lyon. J’ai lorgné Marseille parce que j’ai de la famille là-bas et j’aime bien la ville. J’ai été un peu tenté par Paris mais au final, j’étais sur à 99% que j’allais rester à Lyon. 

Portrait de Jean-Bernard Gervais

Vous aimerez aussi

Les sénateurs confondent internes et bagnards.
Le projet de loi recèle chaque jour ses pépites : dans la nuit du lundi au mardi, les sénateurs ont décidé de renvoyer les internes de médecine...
La Faculté de médecine et le service de psychiatrie du CHU de Lille ont mis en place un module de prévention du suicide pour les adolescents et les...
Baisse inscrits Paces 2018
En 2018, 59 257 étudiants se sont inscrits en Paces. C’est près de 500 de moins qu’en 2017.

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.