Grève illimitée des PH : Le SNPHARE lance les lundis de la colère

Une semaine après le début de la grève illimitée des praticiens hospitaliers, le SNPHARE renouvelle son appel à la grève ce lundi 18 janvier. Une manière de pérenniser leur modèle jusqu’à ce que les grilles d’ancienneté des PH soient de nouveau équitables.

Le rendez-vous est donné. Une semaine à peine après le lancement de la grève illimitée des praticiens hospitaliers, le SNPHARE appelle à une nouvelle journée de mobilisation massive ce lundi 18 janvier. Leur revendication principale ? Enfin obtenir l’équité quant aux grilles d’ancienneté des praticiens hospitaliers. « Nous faisons grève depuis lundi dernier. A travers ce nouvel appel, nous souhaitons entériner le fait que désormais nous ferons grève de manière massive tous les lundis », nous détaille le Dr Emmanuelle Durand, vice-présidente de la SNPHARE.
 
Et pour cause : malgré le lancement de cette grève nationale lundi dernier, le ministère de la Santé n’a toujours répondu à leurs nombreuses sollicitations. Un silence assourdissant que le nombre croissant de leurs soutiens ne semble pour l’heure pas perturber. « 80 % des praticiens hospitaliers sont en colère contre le scandale de la coexistence de deux grilles d’ancienneté », martèle la SNPHARE dans son communiqué diffusé ce 18 janvier. Une liste longue comme le bras à laquelle il faut ajouter une ribambelle de syndicats comme l’APH, l’AMUF ou encore la SNJAR, de collectifs (Santé en Danger, Inter-Hôpitaux) et maintenant de CME de centres hospitaliers et de centres hospitaliers spécialisés. « Nous sommes très soutenus », atteste la vice-présidente qui ajoute que le ministre de la Santé Olivier Véran a été interpellé dans l’hémicycle par le député UDI Pascal Brindeau en début de semaine dernière.
 
Surnommé « les lundis de la colère », ce rendez-vous hebdomadaire pourrait donc durer jusqu’à enfin obtenir une réponse favorable du gouvernement.  « L’avantage du lundi est que ça permet aux services de mieux organiser les soins. Et aux chefs de pôle d’être à l’avance au courant du manque de personnel qu’ils vont devoir gérer », indique le Dr Emmanuelle Durand. Tous ont en effet à cœur de préserver le bon fonctionnement de l’hôpital pour leurs patients. « Pour les praticiens hospitaliers, c’est contre-nature de faire grève », souligne la syndicaliste.
 
Cela fait déjà plusieurs mois que la SNPHARE interpelle le gouvernement sur cette question cruciale qui grève un peu plus l’attractivité de l’hôpital pour les praticiens déjà en poste. « On a commencé la mobilisation en passant par tous les canaux hors-grève », nous confie le médecin. Une contestation de longue haleine qui ne démoralise pas le syndicat. « Nous ne nous décourageons pas car nous sommes portés par les inquiétudes des praticiens hospitaliers », nous confie la vice-présidente. Et de conclure : « Tout l’hôpital est en colère. C’est une mort orchestrée »
 

Portrait de Julia Neuville

Vous aimerez aussi

Le creux démographique des médecins ne sera résorbé qu’en 2035. C’est l’un des enseignements inquiétants qui ressort de l’étude de la Drees sur l’...

Après avoir érigé la vaccination en Saint Graal, le Chili fait face à une nouvelle vague de contaminations. Une actualité qui nous rappelle que la...

Presse auscultée. La santé humaine, animale et environnementale, interdépendantes ? C’est en tout cas l’avis de nombreux chercheurs qui défendent le...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.