Flic ou médecin ? Le contrôle des arrêts de travail vu de l’intérieur

En direct de la blogosphère

Aujourd’hui, comme chaque dernier jour du mois, la rédaction présente le blog médical qui l’a le plus marquée ces dernières semaines. Zoom sur un praticien qui fait du porte à porte pour vérifier le bienfondé des arrêts de travail prescrits par ses confrères.

 

Les arrêts de travail… Un sujet de conversation bien connu des médecins : qu’ils les prescrivent, qu’ils les refusent ou qu’ils reçoivent des courriers de la Sécu à leur propos, ils ont toujours quelque chose à en dire. Mais peu de praticiens racontent comment ces arrêts sont contrôlés. C’est ce que fait l’auteur du blog intitulé « De la médecine générale à la médecine de recours ».

En bisbille avec un système qui ne lui permet pas de pratiquer la médecine générale à sa façon, ce médecin a décidé de quitter l’exercice libéral. Au menu : de l’aide aux victimes d’un côté, et du contrôle d’arrêts de travail de l’autre. En clair, pour cette deuxième activité, des boîtes lui demandent d’aller vérifier si leurs salariés arrêtés ne sont pas en train de se la couler douce à leurs frais.

Voilà qui fait voir à ce médecin des situations diverses. Le type « sympa et ne demandant qu'à guérir », la maison « tous volets fermés, jardin bien rangé, pour un arrêt d'une semaine », le gars « qui a un chantier au noir en attente et demande un arrêt de travail pour l'exécuter »

Au fil des billets, l’auteur s’interroge sur la vraie nature de son activité : « On n’est pas des flics. Enfin si, moi je le deviens ». Mais il s’agit plutôt d’un flic magnanime. « Faites gaffe, les patients, les boîtes contrôlent de plus en plus, et elles se déchaînent durant les vacances d'été », peut-on lire en guise d’avertissement.

Entre le good cop et le bad cop, ce médecin a choisi son camp.

Source: 

Adrien Renaud

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.