Fin de la sécu étudiante : 217 euros d’économies… ou presque

Depuis le 1er septembre, les étudiants ont été automatiquement basculés sur le régime général de l’assurance maladie. La loi a eu raison de la sécu étudiante, et fait faire de petites économies au passage.

La loi du 8 mars 2018 relative à l’orientation et à la réussite des étudiants (ORE) – destiné à la réussite des étudiants, comme son nom l’indique – prévoyait la fin de la sécu étudiante. Les Paces 2018-2019 étaient déjà passés dans l’ère nouvelle, et c’est au tour de tous les autres depuis le 1er septembre de cette année.
 
Finie donc la contribution de 217 euros qui s’ajoute aux frais d’inscription à l’université. Les étudiants pourront rester sur la sécu de leurs parents, ou être affiliés au régime général à titre individuel. Tout le monde à la même enseigne : les étudiants de premier cycle rejoignent donc les externes et les internes, déjà au régime général en leur qualité respective d'étudiant hospitalier et d'agent de la fonction publique.

Pour valider votre nouveau statut, n’oubliez pas de mettre à jour votre carte vitale !

Les externes bananés

Les mutuelles étudiantes et leurs stands oppressants à l’entrée des facs ne disparaissent pas pour autant en ce mois de septembre : elles ne pourront néanmoins proposer que des complémentaires santé, destinées aux étudiants.
 
Petite nouveauté instaurée par la loi, en revanche : la contribution à la vie étudiante et de campus (CVEC), qui s’élève à 91 euros. Pas vraiment une contribution sociale, elle finance néanmoins une partie de la prise en charge des étudiants. Elle est en partie destinée à créer des centres de santé universitaires, ou à renforcer les initiatives de prévention, notamment en termes de santé sexuelle. Elle sera également destinée à l’accompagnement social, les projets associatifs et sportifs, l’art, la culture et l’accueil des étudiants en général.
 
On fait donc le total : 217 – 91 = 126 euros d’économies pour la rentrée 2018. C’est déjà ça de pris. Sauf pour les externes : 0 – 91 = -91 euros d’économies = 91 euros de carotte. Mais avec leur gros salaire, ça passe !
 

Portrait de Jonathan Herchkovitch

Vous aimerez aussi

visage

À quelques jours près, l'Isni et l'Isnar viennent de renouveler leurs instances. Soit un nouveau président, Antoine Reydellet à l'Isni, et une...

La Conférence des doyens des facultés de médecine milite pour une professionnalisation accrue des études médicales et de nouvelles conditions d’accès...
Après des mois de galère À chercher un financement, vient le temps des journées interminables du labo, des manips À gogo jusqu’au recueil des données...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.