Fac de Tours : gardes séchées, UE non validée (et plus si affinités)

La commission pédagogique de l’université de Tours propose de faire des gardes d’externat une UE (unité d'enseignement) à valider. Toute absence non justifiée reviendrait donc à un redoublement ou à une exclusion des ECN. Elle pourrait même suivre ceux qui souhaiteraient partir à l’étranger ou exercer en FFI…

La fac de Tours veut récupérer ses petites mains bon marché. La commission pédagogique des stages et des gardes s’est réunie le 6 mai dernier et a discuté de l’absentéisme des externes de garde, visiblement en constante augmentation. Pour y remédier, elle propose de créer une UE « Gardes » afin de pouvoir « sanctionner les absences », explique-t-elle dans un compte-rendu de réunion qui a fuité sur Facebook.

Ne mets pas tes doigts dans la porte…

Le dispositif proposé est sévère. Pour les deux premières années d’externat, « une garde non réalisée et absence non justifiée par un arrêt maladie conduira à l’invalidation de l’UE par le jury de 1e session de juillet. Toute absence doit être justifiée dans les 24 heures auprès de la Scolarité ».
 
Et sinon ? Les projets de stages à l’étranger seront bloqués et l’étudiant devra rattraper en effectuant six gardes durant l’été. S’il ne trouve pas ces gardes, il pourra toujours doubler celles de l’année suivante (en observateur). « Elles ne seront pas financièrement valorisées ». Sympa. On aurait rajouté une centaine de lignes « je ne sècherai plus mes gardes d’externat », et deux heures de colle par demi-journée d’absence, mais on est peut-être un peu trop durs.
 
Pour les MM3, « si l’absence a lieu avant les ECN, l’étudiant concerné ne sera pas inscrit aux épreuves et redoublera son année ». (Pour ceux qui ne se sentent pas prêts, vous savez comment faire !). Si c’est après les ECN, la trahison sera inscrite dans le dossier administratif et un courrier sera envoyé au DES choisi à l’issue du classement. « Tout projet de FFI et/ou de stage à l’étranger sera annulé/refusé en cas de garde non réalisée », précise la commission. Selon une source non confirmée, des coups de fouets seraient en discussions.

Laissez la police faire son travail

L’info n’a pas manqué de faire réagir, mais pas seulement pour condamner l’idée de la fac de Tours. Certains critiquent le délai de 24 heures qui leur paraît bien trop court, surtout compte-tenu des horaires d’ouverture de la scolarité, et le nombre démesuré de gardes à rattraper (6). Mais de nombreux commentaires dénoncent la manière avec laquelle le compte Facebook affiche le compte-rendu de la réunion. Celui-ci divulgue notamment le mail du responsable des gardes et invite les lecteurs à lui faire savoir leur mécontentement.
 
« Je pense que la manière n’est pas adaptée », explique à What’s up Doc Clara Bonnavion, présidente de l’Association nationale des étudiants en médecine de France (Anemf). « Il y a des points embêtants, mais cet affichage national met les élus locaux dans une situation délicate. » Cette résolution est en effet en cours de discussions à la fac de Tours. « Ce document est un document interne, qui n’a pas été voté », souligne Clara Bonnavion, qui ne souhaite pas s’étendre sur le sujet, et préfère laisser les responsables locaux gérer la situation, dans un maximum de sérénité malgré la polémique. « On les accompagne, mais ils gèrent la chose de leur côté. S’ils ont besoin d’aide, on les aidera ».
 
La présidente de l’Anemf confie néanmoins, comme dans de nombreuses autres facs, les gardes non réalisées sont un problème et des systèmes de sanctions existent. « Ça n’est pas un problème en soi mais il faut poser des conditions, notamment pour qu’elles ne se traduisent pas par des sanctions financières », conclut-elle.
 

Portrait de Jonathan Herchkovitch

Vous aimerez aussi

Entre chasse au trésor et tapin
Les sénateurs confondent internes et bagnards.
Le projet de loi recèle chaque jour ses pépites : dans la nuit du lundi au mardi, les sénateurs ont décidé de renvoyer les internes de médecine...
Comment faire quand on est seul au monde ?

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.