Doctoconsult : la psychiatrie se met à la visiophonie

Lancement en septembre

Doctoconsult va s’adresser à tous ceux qui ont besoin de consulter un psy et qui se heurtent à des délais d’attente trop longs. La plateforme de visioconsultation permettra un acte médical comme au cabinet. Diagnostic, ordonnance, feuilles de soins… 

La psychiatrie se met à l’heure du numérique ! Doctoconsult, plateforme de visioconsultation qui met en relation un patient et un médecin dans le cadre d’un rendez-vous médical, annonce son lancement en septembre.

Après 18 mois de négociations, le projet a obtenu l’accréditation de l’ARS, l’accord de la CPAM et des mutuelles (1), ainsi que la validation par le CNOM. What’s up Doc a rencontré sa fondatrice le Dr Fanny Jacq. Pour cette psychiatre libérale depuis 10 ans, son outil va révolutionner la pratique médicale !

What’s up Doc.  Qui est concerné par votre projet ?

Fanny Jacq. Les domaines dans lesquels Doctoconsult intervient sont ceux de la psychiatrie, la pédopsychiatrie, la nutrition et l’addictologie. Nous avons réussi à obtenir des agréments pour ces spécialités car elles ne nécessitent pas d’examen clinique physique. Nous envisageons cette solution comme un dispositif pour mieux accompagner le patient et le recevoir en urgence. Doctoconsult est un outil complémentaire pour les médecins. Il n’a pas vocation à remplacer le lien avec le malade qui se fait lors d’une consult’ classique.

WUD. Comment fonctionne le dispositif ?

FJ. Le patient devra se connecter au site doctoconsult.com et il choisira son médecin en fonction de sa situation. Il y a deux cas de figure. D'une part celui où le malade voudra consulter rapidement. D'autre part, celui où il souhaitera voir un spécialiste bien précis, dans une spé' très pointue (troubles du sommeil, addiction aux jeux...)
Ensuite, il faudra prendre un rendez-vous en ligne, et deux heures avant celui-ci la personne et le praticien recevront un petit message de rappel. La fin de la visioconsultation se terminera comme n’importe quelle consult’. C'est-à-dure avec une ordonnance (si besoin), la prise d’un nouveau rendez-vous, et la délivrance d’une feuille de soins pour le remboursement Sécu/mutuelle.  

WUD.  Ce n'est pas trop compliqué de gérer ces patients à distance ?

FJ. D’après notre phase test, cela va vraiment dépendre des pathologies. Je pense que Doctoconsult ne s’adressera pas aux patients avec des pathologies psychiatriques lourdes, sévères, comme la schizophrénie. Surtout quand les malades sont en phase aigüe.
Mon scepticisme est le même pour la psychanalyse. Nous ne prétendons pas qu’une visioconsultation pourra remplacer un travail qui doit se faire sur un divan. Mais les cas d’exclusion sont assez limités au final. Et nous avons eu quelques surprises lors de nos expérimentations. L’outil est par exemple très bien adapté à la pédopsychiatrie. Il permettra à une maman d’avoir un avis très rapide sur l’état de son enfant.

WUD. Pourquoi, ce n’est pas le cas actuellement ?

FJ.  Notre ambition c’est qu’un patient puisse avoir un rendez-dans la journée s’il a besoin d’un avis urgent en psychiatrie. Aujourd’hui sur Paris, il faut attendre au minimum vingt jours pour voir un psychiatre avec une spécialité particulière. Cela peut même aller jusqu’à deux mois. Idem pour la pédopsychiatrie sur l’ensemble du territoire. La seule solution alternative pour les patients se résume souvent aux Urgences. Mais ce parcours de soins est délétère car nous engorgeons encore plus un service déjà saturé.

WUD. Quels sont vos effectifs de médecins ?

FJ. A la sortie du site en septembre, je pense que nous aurons une cinquantaine de médecins inscrits sur notre plateforme. Et pour l’année 2018, on table sur un panel d’une centaine de praticiens. Je rappelle que ces derniers ne seront pas restreints par des horaires classiques de cabinet. On peut donc tout à fait envisager de proposer un service avec des consultations tôt le matin, dans la soirée, voire le samedi si le professionnel le souhaite. Je souligne également que notre dispositif est ouvert à tous : aux psychiatres de secteur 1 comme ceux en secteur 2. Enfin, notre système de rémunération est transparent (2).  

(1) Pour le remboursement des actes.

(2) Le médecin fixe librement le montant de ses honoraires sur lesquels le site perçoit une commission de 15 %.

-------------------------------------------------------------------------------

Une consult’ qui veut évoluer avec son temps…  

Docotoconsult entend faire évoluer sa plateforme vers « la télémédecine de 2ème génération ». A terme, cela implique des visioconsultations avec les outils suivants, d'après les fondateurs :

- thérapie par réalité virtuelle ;

- serious game ;

- utilisation d’objets connectés ;

- applications de suivi thérapeutique ;

- amélioration de l’accompagnement par intelligence artificielle. 

Source: 

Bruno Martrette-Gomez

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Équipes médicales sous l’eau, violences verbales et physiques quotidienne… Les Urgences françaises sont à l’agonie. Et si les solutions numériques d’...
Les déserts médicaux sont une réalité de plus en plus prégnante : 6 médecins français sur 10 seraient concernés directement par cette problématique (...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.