Denis Mukwege menacé de mort : l’ONG Physicians for human rights réclame une action urgente

L’ONG Physicians for Human Rights (PHR) appelle de toute urgence à une action immédiate pour protéger le Dr Denis Mukwege. Défenseur des droits humains et co-lauréat du prix Nobel de la paix, le Dr Mukwege est la cible d’une campagne d’intimidation en République démocratique du Congo (RDC).

L’ONG Physicians for human rights (PHR) vient de tirer la sonnette d’alarme. Dans un communiqué daté du 18 aout, elle appelle « de toute urgence à une action immédiate » pour protéger le Dr Denis Mukwege, les membres de sa famille, ses patients, mais aussi le « travail essentiel » du personnel de son hôpital de Panzi (République démocratique du Congo) qui est spécialisé dans le traitement des survivantes de la violence.

Le défenseur des droits humains et co-lauréat du prix Nobel de la paix, qui a consacré une partie de sa vie à dénoncer l'emploi des violences sexuelles en tant qu'arme de guerre en République démocratique du Congo (RDC), serait depuis plusieurs semaines la cible d’une campagne d’intimidation alarmante, selon l’ONG. Le médecin et sa famille ont par exemple été attaqués sur les réseaux sociaux et ont reçu des messages de menaces de mort sur le téléphone portable personnel.

Menaces sérieuses et inquiétantes

Pour PHR, le Dr Mukwege est aujourd’hui visé pour avoir condamné une vague de meurtres récents commis par des groupes armés dans les provinces du Sud-Kivu et de l’Ituri en RDC. Mais aussi pour avoir milité pour la mise en place d’enquêtes et de poursuites pour les atrocités qui ont coûté la vie à des millions de personnes dans la région entre 1993 et ​​2003, et poussé des milliers de femmes et filles victimes de violences sexuelles à rechercher et recevoir un traitement auprès du Dr Mukwege et de ses collègues de l’hôpital de Panzi.

PHR considère que les menaces contre le Dr Mukwege et sa famille sont « sérieuses et inquiétantes étant donné son rôle prépondérant dans toute la région, dans le soutien des droits humains et de la justice, incluant le mécanisme des réparations ».

Demande de protection permanente

Son expérience en première ligne, sa connaissance des atrocités commises, ses appels constants en faveur de la fin de l’impunité pour les crimes internationaux dans la région des Grands Lacs « préoccupent sans aucun doute de nombreux acteurs puissants, qui préfèrent nier ou échapper à la responsabilité pour la longue et douloureuse histoire de crimes contre l’humanité qui n’ont toujours pas été pris en compte », estime l’ONG.

Celle-ci appelle donc les Nations Unies, par le biais de sa force de maintien de la paix, la MONUSCO, à assurer la protection permanente du Dr Mukwege et à renforcer la sécurité du personnel de l’hôpital de Panzi à Bukavu (RDC).
 

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Les études de médecine discriminent
Un bug informatique crée la panique
Avec 364 808 cas recensés dans le monde entre le 1er janvier et le 31 juillet, l’épidémie de rougeole 2019 fait concurrence à celle de 2006. Si...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.