Déconventionnement massif pour la profession

La proposition-choc de Patrick Gasser

«  Le terrain ne va pas bien, il y a un vrai malaise », observe Patrick Gasser, président de l'Union nationale des médecins spécialistes confédérés (UMESPE-CSMF). « Aujourd'hui la médecine libérale a fait sa part du marché : l'Objectif national de dépenses de l'assurance maladie (Ondam) n'a pas été consommé en entier. Et pourtant les répercussions pour les libéraux ont été nulles et on veut encore leur taper dessus ! A un moment il faut arrêter, surtout quand on voit le déficit majeur des hôpitaux publics. On veut bien faire un effort, mais de l'autre côté, il faut de vraies actions pour réduire les déficits publics... »

Pour lui, la médecine libérale est en danger. « Nous devons essayer d'avoir un consensus syndical, et de se poser les vraies questions : que va devenir la médecine libérale de demain ? Si elle risque de disparaître, il faut réagir », estime-t-il. Et pour « avoir de l'écoute de la part du gouvernement, on n'hésitera pas à actionner des leviers d'action forts », prévient Patrick Gasser. « Je songe à encourager l'ensemble de la profession au déconventionnement, car aujourd'hui ce qui se passe est grave. Je suis remonté et mon bureau tout autant. La rentrée risque d'être chaude », conclut-il.

Source: 

A.-G.M.

Portrait de La rédaction

Vous aimerez aussi

Médecin "pilier" : oui mais comment ?
Les médecins libéraux quittent les négociations avec l'Uncam concernant le déploiement des assistants médicaux. 
Enfin pour le commun des mortels !

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.