Covid19-medicaments, premier site de prévention médicamenteuse Covid19

Mon traitement peut-il aggraver les symptômes de Covid19 ? Un médecin de santé public, le Dr Clément Goehrs, a lancé un site public pour avoir une réponse rapide à ce genre de questions. 

Vous avez un doute sur les effets secondaires de tel traitement que vous prescrivez pour vos patients, atteints ou suspectés d'être atteints de covid19 ? Vous souhaitez recommander à votre patientèle un site grand public qui puisse répondre à ce genre d'interrogations ? Pas de problème, un site a été lancé, covid19-medicaments, qui vous permet de connaitre instantanément si tel médicaments peut aggraver les symptômes de patients atteints de covid19. On le doit à la start-up bordelaise Synapse medicine, du Dr Clément Goehrs. « Le point d’entrée, c’est un tweet d’olivier Véran (du 14 mars) informant que la prise d’AINS et de corticoïdes pouvait aggraver les symptômes des patients Covid19. Quand on a vu ce tweet, on s’est dit qu’il y avait un vrai danger : des patients pouvaient arrêter leur traitements, comme les patients asthmatiques et donc là il y a un vrai risque… Là, on s’est dit qu’il y avait une information à dispenser pour le grand public, que l’on peut diffuser », explique Clément Goehrs.

Site construit en un week-end

La décision de lancer, très rapidement, un site d’informations, est prise en deux temps trois mouvements : « C’était un samedi matin (le 14 mars), nous avons réuni un conseil scientifique, car il était pour nous évident que ce site devait être fait en collaboration avec les pouvoirs publics. Donc on a impliqué tout de suite la société française de thérapeutique et de pharmacologie, et puis le réseau des centres de pharmacovigilance, ainsi que le CHU de Bordeaux, pour que le contenu scientifique soit validé par eux. Nous on a mis en place la plateforme qui était prête le lundi matin. »
Résultat, un site opérationnel, en ligne, en l’espace de 72 heures. Au jour d’aujourd’hui, le site a fait « 800 000 utilisateurs, 500 000 analyses d’ordonnance, avec plus de 56 000 messages d’alerte rouge avec des corticoïdes et des AINS… On a transmis l’ensemble des données à l’ANSM pour monitorer l’épidémie », confie Clément Goehrs. Mais comment fonctionne donc ce site ? « C’est très simple il y a une barre de recherche où on rentre le nom d’un médicament, et il faut aussi répondre à deux questions pour savoir si le patient est en situation d’automédication ou pas. Ensuite, on délivre une réponse : est-ce que le médicament est connu pour aggraver les symptômes de covid19 et dans ce cas là il ne faut surtout pas le prendre. Doit-on se rapprocher du médecin traitant ou pas ? En fait nous délivrons une conduite à tenir actualisée en fonction des dernières informations que nous pouvons avoir sur la covid19. Le but était aussi de désengorger l’appel au 15 et les médecins traitants… On redirigeait les patients vers les centres de pharmacovigilance ». Si le (premier ?) pic épidémique est derrière nous, en France, on peut se poser la question de l’utilité du site à l’heure actuelle : « Ce site est actuellement maintenu, nous restons prêt en cas de seconde vague. Il pourrait évoluer vers un site d’information générale concernant la covid et les médicaments. Et on ne sait jamais, si une thérapeutique est identifiée, alors nous mettrions des choses en place pour que les patients puissent en savoir un peu plus. »

Pour en savoir plus, cliquez ici. 

 

Portrait de Jean-Bernard Gervais

Vous aimerez aussi

L’invasion a commencé
Merci chers lecteurs !

Les résultats de notre premier sondage sont tombés. À la question « aimez-vous le nouveau site de What’s up Doc ? », nos 43 répondants ont été 90% à...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.