Comment présenter sa startup : l’avis Laurent Mignon

Laurent Mignon est délégué général de France eHealthTech, l’association des startups de la e-santé. Il est également expert en communication pour les entrepreneurs dans le domaine de la santé. Il livre ses astuces pour présenter au mieux son projet, que ce soit pour un pitch ou pour une vidéo.

What’s up Doc. Quelle est l’erreur la plus commune des startuppeurs qui pitchent leur projet ?

Laurent Mignon. Commencer par présenter l’environnement. Ils le font tous, et tout le monde s’en moque. Il faut insister en priorité sur ce que la solution apporte. Et juste derrière, sur la manière dont on compte créer de la valeur. Ensuite, on peut parler de l’environnement.

WUD. Comment peut-on se préparer au pitch ? 

LM. Il faut le rédiger, puis l’oublier. Il ne faut surtout pas le réviser juste avant. Et l’idéal, c’est de l’avoir testé sur quelqu’un qui n’y connaît rien. Sa petite cousine de treize ans, par exemple. Si elle ne comprend pas, c’est qu’il y a un problème.

WUD. Y a-t-il des conseils spécifiques pour la vidéo ?

LM. L’important, c’est de ne pas cadrer trop serré ni trop large : il faut privilégier le plan américain, celui où l’on voit le haut des revolvers. C’est dynamique, et cela permet de faire des gestes : on peut compter sur ses doigts lors d’une énumération, ouvrir les bras si l’on parle d’élargir le marché… Il est très important de se servir de son corps.

WUD. Faut-il utiliser l’humour ?

LM. Cela dépend de son positionnement, du projet, du public. C’est plus risqué pour de la vidéo, car on ne sait pas où elle va circuler. À l’oral, en revanche, devant de jeunes startuppeurs, cela peut passer. S’il y a des investisseurs, il faut être intelligent et décontracté.

WUD. L’objectif est-il de faire une vidéo virale ?

LM. Les vidéos virales ne conviennent pas au pitch, elles sont destinées au grand public. Le pitch oblige à un certain formalisme.

Portrait de Adrien Renaud
article du WUD 28

Vous aimerez aussi

« L’ordinateur va faire le diagnostic et choisir la thérapie 9 fois sur 10 »
CMU, AME, platesformes de rendez-vous en ligne
Le Défenseur des droits donne six mois aux plateformes de prise de rendez-vous médicaux en ligne pour respecter la loi. Ils doivent faire disparaître...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.