17 décembre : une nouvelle journée de grève pour faire plier le gouvernement

De nombreuses organisations syndicales et collectifs appellent à une nouvelle journée de grève le 17 décembre pour endiguer l’hémorragie qui met en péril l’hôpital public. Tour d’horizon des organisations mobilisées et de leurs revendications.
 

Après le 14 novembre (manifestation historique), le 30 novembre (mobilisation à l’initiative des collectifs Inter-Hôpitaux et Inter-Urgences), le 5 décembre (réforme des retraites), le 10 décembre (grève des internes), les organisations syndicales des personnels médicaux hospitaliers des internes et des étudiants (1) appellent les professionnels médicaux hospitaliers à cesser le travail le 17 décembre, selon un communiqué commun daté du 9 décembre.
 
Les syndicats exigent des pouvoirs publics « les moyens nécessaires à une refondation du service public hospitalier ». Leur constat est le suivant : l’hôpital est « exsangue après des années de restriction budgétaire », tandis que « des pans entiers de l’activité hospitalière s’effondrent et les réponses du gouvernement ne sont absolument pas à la hauteur des enjeux ».
 
Les organisations syndicales exigent des mesures immédiates pour « endiguer l’hémorragie qui met en péril l’hôpital public, fleuron de notre système de santé ». Des mesures qui doivent concerner le financement, l’attractivité des carrières et la gouvernance des hôpitaux :
- augmentation du budget hospitalier au moins égale à l’évolution naturelle des dépenses (4,4%) ;
- revalorisation massive des carrières médicales et non médicales, notamment en début de carrière ;
- gouvernance partagée plus ouverte aux professionnels médecins et soignants.

Le collectif Inter-Hôpitaux en renfort

De son côté, le collectif Inter-Hôpitaux, qui soutient la grève des internes démarrée le 10 décembre, se « félicite de l’appel conjoint de tous les organisations, collectifs et syndicats à la grande manifestation du 17 décembre pour obtenir l’ouverture de véritables négociations ».
 
Le CIH se réjouit également « de la venue, qui s'annonce massive, d'internes de toute la France pour la manifestation du 17 à Paris ». En effet, en dehors de l’Isni (communiqué commun cité plus haut), d’autres syndicats d’internes appellent à faire grève le 17 décembre. À l’image du SNJMG qui recommande « un engagement maximal pour la journée du 17 décembre ».

L'Isnar-IMG et le collectif Inter-Urgences en grève 

Mais aussi de l’Isnar-IMG (Intersyndicale nationale autonome représentative des internes de médecine générale) qui demande dans un communiqué le « respect strict du temps de travail réglementaire », mais aussi une amélioration des conditions de travail des internes qui passera par « l’utilisation systématique et l’examen annuel des tableaux de service, et la mise en place de sanctions financières en cas de non-respect des textes ».

Et d’ajouter : « Un encadrement législatif rapide des créneaux de début de nuit est nécessaire. Actuellement, des créneaux de début de nuit s’apparentent aux demi-gardes du samedi après-midi. Ces demi-gardes en semaine sont pratique courante bien qu’elles n’aient aucune existence légale. Elles sont parfois nécessaires au fonctionnement des services, mais doivent être réglementées et rémunérées ».
 
Enfin, bien sûr, le collectif Inter-Urgences, comme le collectif Inter-Blocs, a également appelé à faire grève le 17 décembre, pour attribuer à l’hôpital public « un budget à la hauteur de ses besoins », « pour revaloriser les salaires les plus bas, recruter du personnel et rouvrir des lits pour accueillir tous les patients qui en ont besoin ».
 
Il demande à l’exécutif de « s’engager et prendre les décisions qui s’imposent pour éviter une catastrophe sanitaire qui a déjà débuté en pédiatrie ».
 
1 : SNAM-HP, AH, APH, AJPH, INPH, CMH, Isni, Jeunes Médecins, CPH, APH, Anemf, FNSIP-BM.
 

Portrait de Julien Moschetti

Vous aimerez aussi

La maternité, une clé pour accéder au temps partiel ?
Si la prévalence de l'antibiothérapie a diminué de 1,2% depuis 2012, les établissements de santé sont encore loin du bon usage, en matière de...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.