13 novembre 2015 : être médecin protège mieux contre le stress post-traumatique

Trois ans après l'attentat du 13 novembre 2015, le Bulletin épidémiologique hebdomadaire publie une édition spéciale consacrée à l'impact de ces événements sur la santé mentale des Français, en particulier les personnels de santé. 

À l’occasion de la triste commémoration des attentats du 13 novembre 2015, leBulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) vient de publier un numéro spécial sur cet événement : « Les attentats de 2015 en France : mesurer leur impact en santé publique pour mieux préparer la réponse ». Un article de cette édition est consacré uniquement à l’impact de cet attentat sur la santé des intervenants, en particulier les soignants et médecins.

L’enquête, menée entre juillet et novembre 2016, a permis de se faire une idée des troubles de stress post-traumatiques (TSPT) ressentis par ces soignants. Au total 698 personnes ont répondu au questionnaire, dont 34 % de professionnels de santé. Parmi ces professionnels de santé, relève le BEH, les profils étaient variés : personnels intra-hospitaliers, réservistes sanitaires de Santé publique France, psychiatres, psychologues, Samu.

4,5 de TSPT chez les personnels de santé

Les professionnels de santé sont avant tout intervenus sur les lieux sécurisés (63,6 %), et beaucoup moins sur les lieux non sécurisés (8 %), contrairement aux sapeurs-pompiers, qui sont intervenus à 74,8 % sur des lieux non sécurisés. 62 % de ces professionnels de santé avaient reçu une formation spécifique sur les risques psycho-sociaux, contre 78 % pour les volontaires associatifs. Les TSPT touchaient 4,5 % des professionnels de santé, 9,9 % des forces de police, 6,7 % des personnels des villes, et 3,5 % des sapeurs-pompiers.

En moyenne, 5 % des intervenants présentaient des TSPT. Ces scores sont inférieurs à ceux constatés parmi le personnel qui est intervenu le 11 septembre 2001. Dix sept ans auparavant, 14,1 % des services d’urgence médicale avaient été touchés par des TSPT. Par ailleurs, une étude sur l’impact psychologique à un mois sur le personnel soignant (hospitalier et associatif) met en évidence que les médecins et les infirmiers sont mieux protégés des risques d’apparition de symptômes TSPT par rapport à ceux qui ont bénéficié uniquement d’une formation aux premiers secours. 

Portrait de Jean-Bernard Gervais

Vous aimerez aussi

Une fois de plus, l’UOSSM alerte sur la prise pour cible des centres de soins en Syrie. Deux attaques en deux jours ont visé et détruit un centre de...
À Abidjan, quelque 10 000 consommateurs de crack et de cocaïne se rassemblent dans des « fumoirs ». Des lieux clandestins où Médecins...

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.