Un médecin poursuivi pour des dizaines d'opérations des hémorroïdes ratées

Article Article

Un médecin de Besançon fait l'objet de poursuites à la suite d'opérations des hémorroïdes que des patients l'accusent d'avoir ratées, a indiqué lundi le procureur de la République Etienne Manteaux.

Un médecin poursuivi pour des dizaines d'opérations des hémorroïdes ratées

© Midjourney x What's up Doc 

Confirmant des informations de L'Est républicain, le procureur de Besançon a annoncé avoir ouvert jeudi une information judiciaire pour blessures involontaires "suite à une plainte pénale et cinq procédures civiles de demandes d'indemnisation concernant des faits voisins d'opérations d'hémorroïdes ayant conduit à des incontinences".

Dans un courriel adressé à l'AFP, Etienne. Manteaux a ajouté avoir reçu depuis trois plaintes pénales supplémentaires.

Selon le quotidien régional, 12 patients originaires du Doubs et du département voisin de la Haute-Saône incriminent le docteur Luc Clemens pour des interventions effectuées entre 2017 et 2023 à la Polyclinique de Franche-Comté.

Ce chirurgien proctologue a dans certains cas réopérés des patients, sans parvenir à améliorer leur état, selon le journal.

Des patients qui ont tout perdu

Un patient cité par le quotidien confie vivre depuis "un cauchemar".

"Mon sphincter a été endommagé de manière irréversible. Alors que j'aurais dû cicatriser en quatre semaines, je continue de vivre l'enfer, sept ans après. J'ai des brûlures atroces, des boursouflures, je suis obligé de porter des protections en permanence. Je ne peux pas sortir, pour ne pas être obligé d'aller aux toilettes en catastrophe. J'ai perdu mon travail. Ma compagne m'a quitté en 2019. Je dois prendre des cachets pour dormir."

https://www.whatsupdoc-lemag.fr/article/ses-denegations-ny-ont-rien-fait-lanesthesiste-frederic-pechier-repondra-bien-de-30

Selon L'Est républicain, les malades ont fini par se tourner vers des services hospitaliers spécialisés, à Lyon, Metz ou Paris, "pour s'entendre dire qu'ils étaient trop atteints par leur chirurgie initiale pour envisager un retour à une situation normale".

Avec AFP

0 commentaires (s)

Les gros dossiers

+ De gros dossiers