Un étudiant en médecine exclu pour injures antisémites

Photo prise sur le campus de HEC.

L'université Paris XIII a statué vendredi dernier sur la situation de huit étudiants mis en cause pour « troubles à l'ordre public de l'établissement ».

Un étudiant en médecine de l’université Paris XIII a été condamné à un an d’exclusion dont deux mois fermes par la section disciplinaire usagers de l’établissement. Une de ses camarades avait en effet porté plainte à l’encontre de huit étudiants pour injures antisémites et harcèlement, le 20 octobre dernier. La jeune femme avait notamment rapporté des « blagues sur la Shoah », des « saluts hitlériens », ou encore l’invention d’un jeu baptisé « freespa » consistant à « lancer une kippa par terre ».

En janvier le parquet de Paris avait estimé que les éléments étaient insuffisants pour établir les faits (lire ici). L'université, elle, ne l'a pas entendu de la même oreille. Après avoir « examiné avec le plus grand soin les éléments versés au dossier, lu et entendu les témoignages à charge et à décharge et étudié chacun des faits qui lui ont été soumis et les circonstances précises dans lesquelles ils se sont déroulés », elle a rendu des décisions bien différentes.  Les sept autres étudiants mis en cause ont été relaxés à l’unanimité.

Ces décisions sont susceptibles d’appel devant le Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche. Et la conférence des Doyens a rappelé hier dans un communiqué la nécessité de réagir rapidement dans les facultés face à toute attitude d'intolérance, soulignant que la « tolérance zéro c'est dénoncer ces actes et ne plus les subir ».

Portrait de Sandra Mignot

Vous aimerez aussi

Entre chasse au trésor et tapin
Pourquoi faire simple quand on peut masteriser ?
Pour faire comme tout le monde ou pour de bonnes raisons ?

Le gros dossier

 

Le magazine What’s Up Doc est édité par l’agence Planète Med.