Ukraine : la Croix Rouge demande un « accès humanitaire sécurisé » pour répondre aux besoins urgents des populations

Article Article

Face à la guerre qui s'étend en Ukraine, des organisations internationales réclament la mise en place "d'un accès humanitaire inconditionnel" pour porter secours aux civils, blessés ou réfugiés.

Ukraine : la Croix Rouge demande un « accès humanitaire sécurisé » pour répondre aux besoins urgents des populations

Depuis l'invasion de leur pays par la Russie le 24 février, plus d'un demi-million d'Ukrainiens ont afflué dans des pays frontaliers, selon le dernier recensement de l'ONU publié lundi 28 février.

"Il faut que tous les combattants, tous les belligérants acceptent qu'il y ait un espace humanitaire et un accès humanitaire inconditionnel de telle sorte que les plus vulnérables puissent être secourus", réclame Frédéric Joli, porte-parole du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) en France.

La France doit déposer lundi au Conseil de sécurité de l'ONU un projet de résolution "afin de garantir un accès humanitaire sans entrave, pour répondre aux besoins urgents des populations restées en Ukraine".

La guerre a conduit de nombreux pays occidentaux notamment (Allemagne, Espagne, Pays-Bas, Italie...) à annoncer des dons.

La France a envoyé 33 tonnes d'aide humanitaire en Pologne pour venir en aide aux Ukrainiens, et plus de 30 tonnes de matériel partiront également pour la Moldavie en début de semaine.

Il s'agit de "tentes, de médicaments, de la nourriture", "tout ce qui aide les personnes à être accueillies dans les meilleures conditions", a expliqué le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin.

Israël va fournir cent tonnes de matériel humanitaire. Washington a annoncé de son côté 54 millions de dollars d'aide humanitaire supplémentaire à Kiev.

Si le CICR est en Ukraine - essentiellement dans le Donbass et à Kiev - depuis le déclenchement du conflit en 2014, l'organisation va se redéployer sur d'autres zones géographiques, "au plus près des besoins".

"Le renfort des effectifs est en train de se faire, il y aura probablement des ouvertures de nouvelles implantations dans différents endroits de l'Ukraine", affirme son porte-parole, Frédéric Joli.

Il y a urgence pour répondre aux besoins immédiats des familles

"Ce qui a été fait à ce stade c'est l'envoi de “kits blessés“, notamment à Marioupol, de la distribution d'eau dans le Donbass (...) A l'extérieur de l'Ukraine, la réponse se met en place beaucoup plus vite car les déplacements sont plus simples", poursuit-il.

Quelque 60 personnes de l'ONG Médecins sans Frontières (MSF) sont déjà mobilisées en Ukraine et dans les pays limitrophes : Pologne, Hongrie, Moldavie, Roumanie et Slovaquie.

"On essaie de faire deux choses simultanément : regarder ce qui peut être fait pour les réfugiés dans les pays voisins et la prise en charge des blessés et le soutien des hôpitaux en Ukraine", détaille Michel-Olivier Lacharité, responsable des programmes d'urgence de MSF France.

L'ONG Care International, en partenariat avec l'organisation "People in Need" - qui agit en Ukraine depuis 2014 - apporte une première réponse d'urgence aux populations (eau, nourriture, kits d'hygiène).

"Dès que cela sera possible, nous mettrons en place un appui psychosocial pour gérer les conséquences des traumatismes liés au conflit et aux déplacements en particulier chez les enfants", note Jeanne Berger, responsable des programmes d'urgence de l'ONG.

Le bilan du conflit jusqu'ici reste incertain.

Depuis le début de l'offensive, 352 civils ukrainiens ont été tués, selon Kiev. De son côté, l'ONU fait état de 102 morts, dont sept enfants.

Selon l'Unicef, il y a urgence pour répondre aux besoins immédiats des familles (eau, hygiène, santé, protection, éducation). Le Fonds des Nations unies pour l'enfance estime le financement nécessaire à 250 millions de dollars.

"Nous avons prévu aussi une allocation en espèces pour 3.000 familles vulnérables afin qu'elles puissent avoir un toit, des vêtements", précise Ann Avril, directrice générale de l'agence onusienne en France.

Avec AFP

0 commentaires (s)

Les gros dossiers

+ De gros dossiers